Sénégal: Application du règlement 14 aux conteneurs et frais d'accès au PAD - Les transporteurs agrées décrètent un arrêt de travail de cinq jours

23 Janvier 2020

Pour des raisons liées à l'application Pese Essieux du règlement 14 aux conteneurs et aux frais d'accès au Port autonome de Dakar, le Collectif des entreprises agréées pour le transport et la livraison des conteneurs au Sénégal va observer un arrêt de travail à compter de demain vendredi 24 janvier.

Il va le poursuivre jusqu'à mardi prochain. Et à l'occasion d'une assemblée générale qui va se tenir à cette date, les transporteurs agréés décideront de la suite à donner à leur mouvement d'humeur.

Le Collectif des entreprises agréées pour le transport et la livraison des conteneurs au Sénégal a décidé d'observer un arrêt de travail à compter de demain vendredi 24 janvier et ce jusqu'au mardi prochain.

Leurs revendications portent sur deux points : l'application Pese Essieux du règlement 14 aux conteneurs et les frais d'accès au Port autonome de Dakar nouvellement appliqués aux transporteurs agréés.

«Le ministère des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement a ordonné l'application du règlement 14 de l'Uemoa depuis le 1er janvier 2020. Nous ne sommes pas contre l'application de ce règlement 14 car c'est pour protéger les routes mais seulement il y'a un préalable.

Aujourd'hui, les plateformes ou terminaux qui ont 200 mille tonnes de marchandises sont obligés d'être équipés de Pese Essieux.

Ce qui n'est pas le cas pour ce qui concerne nous, transporteurs de containers», a expliqué le président du Collectif des entreprises agréés pour le transport et la livraison des conteneurs du Sénégal, Mbaye Mbengue.

Selon lui, DP World qui a presque l'exclusivité des containers, devait disposer de 4 Pese Essieux pour répondre aux conditions de pesage. «Aujourd'hui, ils n'ont qu'un seul Pese Essieux mobile pour gérer 800 canots par jour.

Ce qui impacte sur la livraison des containers car, il faut faire entre 14 et seize heures du terminal Ags en passant par le port jusqu'à la sortie et les peser.

Du coup, là où on consommait 20 litres de gasoil pour aller chercher un container, nous consommons 40 litres, plus les mouvements au niveau des camions», a fait savoir Mbaye Mbengue.

Sur la deuxième raison de leur arrêt de travail qui est relative aux frais d'accès au Port autonome de Dakar nouvellement appliqués, Mbaye Mbengue dira : «Le port a décidé à partir du 27 janvier 2020 d'appliquer une facturation que supporteront les transporteurs. Si vous voulez accéder au port pour aller chercher un container plein pour livrer aux clients, vous payez six mille six cent francs.

Quand le client aura fini de vider le container, vous devez restituer le container dans le port, vous payez à nouveau six mille six cent francs», a dénoncé Mbaye Mbengue.

Et de préciser, «jusqu'à aujourd'hui, les frais d'accès du port pour les transporteurs agréés, c'était cinquante mille francs par camion, par an. Les frais d'accès par an maintenant vont être quatre millions huit cent francs pour une seule opération».

Le Collectif des entreprises agréées pour le transport et la livraison des conteneurs au Sénégal déplore le mutisme des autorités.

«Nous avons dit à l'autorité portière que nous demandons à ce que vous suspendiez la facturation envisagée du 27 janvier et se mettre autour d'une table avec les concernés et de motiver pour trouver ensemble un consensus mais nous n'avons pas de réponse», a fait savoir Mbaye Mbengue.

Ainsi, l'arrêt de travail se poursuit ainsi jusqu'au mardi prochain. Et à l'occasion d'une assemblée générale, les transporteurs agréés vont apprécier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.