Afrique: Assemblées Annuelles de la BAD - Le Sénégal se positionne pour organiser l'édition de 2023

23 Janvier 2020

Le Sénégal veut organiser les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (Bad) en 2023. Une mission d'évaluation technique de ladite institution séjourne actuellement à Dakar afin d'étudier cette candidature.

Après 2009, le Sénégal souhaite accueillir, à nouveau, les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (Bad) en 2023. L'actuel cycle des pays organisateurs qui avait été ouvert, en 2016, avec la Zambie doit se refermer, en 2021, avec le Ghana. Cette année-ci, c'est la Côte d'Ivoire, siège de la Bad, qui doit accueillir cette grand-messe africaine considérée comme l'événement le plus important de l'institution. En effet, le groupe de la banque rassemble, tous les ans, environ 3000 délégués comprenant des Chefs d'États, des Ministres africains de l'Économie, des Finances et du Plan, des décideurs politiques, des acteurs du secteur privé et de la société civile, des groupes de réflexion, des représentants du monde universitaire et les médias afin de débattre des questions clés relatives au développement de l'Afrique. La dernière édition s'est tenue en 2019 en Guinée équatoriale.

Suivant son calendrier, la Bad ouvre, à partir de 2022, un nouveau cycle de cinq ans (2022-2026) au cours duquel les pays qui veulent organiser les Assemblées annuelles se manifestent. Après évaluation des différentes candidatures, la Banque désigne à l'avance les pays devant abriter l'événement durant cette période. Une manière de leur donner le temps et l'opportunité de tout mettre au point pour une bonne organisation. Le Sénégal ayant fait acte de candidature pour accueillir l'édition de 2023, la Bad a dépêché une mission technique d'évaluation qui séjourne actuellement à Dakar (20-24 janvier).

Hier, les membres de la mission ont rencontré les professionnels de la presse et de la communication pour, d'une part, camper les enjeux des Assemblées annuelles de la Bad et, d'autre part, en savoir un peu plus sur les offres de services des médias sénégalais au cas où la candidature du Sénégal est validée. « Si la candidature du Sénégal est retenue, nous pensons que nous allons dépasser allègrement le chiffre de 3000 participants étant donné l'attractivité de votre pays pour les opérateurs et les médias. Nous sommes donc ici pour évaluer la capacité du Sénégal, qu'il s'agisse d'engagements du Gouvernement ou des aptitudes techniques des opérateurs publics ou privés, à donner l'écho ou l'appui que nécessite cet événement », a déclaré Chawki Chahed, Chargé de Communication en chef de la Bad. Il a fait savoir que toutes les informations collectées permettront d'apprécier la candidature de notre pays en termes de communication et seront consignées dans un aide-mémoire qui sera signé avec le Gouvernement en fin de semaine. « Cet aide-mémoire permettra de présenter les résultats de notre appréciation sur les capacités du Sénégal à abriter cette rencontre », a précisé M. Chahed.

Selon Bardi Mahamat Issein, Chargé en chef de la Technologie et des Infrastructures des conférences et réunions à la Bad, trois pays ont exprimé leur souhait d'organiser les Assemblées annuelles durant le cycle 2022-2026. Mais, d'autres pourraient se manifester parce que « la liste est encore ouverte ». Ces missions d'évaluation sont importantes, car lorsque deux pays choisissent la même année pour organiser cet événement, ce sont les rapports de ces évaluations techniques qui vont les départager. « La désignation d'un pays n'est pas automatique. Ce n'est pas parce qu'un pays a déposé sa candidature que celle-ci sera validée. Tout dépend du Conseil des Gouverneurs qui examine les dossiers de chaque pays et décide en dernier ressort », a-t-il éclairé.

Sans rien préjuger, le Sénégal a de grandes chances d'organiser les Assemblées annuelles de la Bad en 2023 vu qu'il a l'habitude d'accueillir des rencontres d'envergure similaires : Oci (deux fois), Fesman (deux fois), Sommet de la Francophonie (deux fois). Et ce, sans compter les Jeux olympiques de la jeunesse prévus en 2022.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.