Sénégal: Dakar lance sa première ligne de bus inter-africaine

La société publique sénégalaise de transport de bus Dakar Dem Dikk (« aller/retour », en wolof) a lancé jeudi 23 janvier son service inter-régional Afrique Dem Dikk, avec sa nouvelle liaison vers Banjul, en Gambie.

Les bagages -2 maximum par personne- sont rangés. Fatou Ba attend patiemment le départ du premier bus à destination de Banjul. Elle se rend régulièrement en Gambie. « Je m'y rends tous les deux mois. Je prenais le taxi, mais ce n'est pas confortable, en plus, c'est risqué. Je suis contente maintenant avec les bus. »

Prochaines étapes : « Guinée, Mali et Mauritanie »

C'est parti pour 6 heures de route, dans l'air climatisé, via le récent pont entre le Sénégal et la Gambie. Le billet coute 12 000 FCFA, environ 18 euros. Plus cher que les taxis 7 places, mais beaucoup moins que l'avion.

C'est la première étape d'une stratégie de désenclavement et vers plus de mobilité entre le Sénégal et les pays de la sous-région. La destination Banjul, ce n'est que le début, affirme Mamadou Silèye Anne, directeur du transport international de la société Dakar Dem Dikk. « La prochaine étape, c'est d'aller vers la Guinée, le Mali et la Mauritanie. L'enjeu, c'est de désenclaver les pays et participer à la libre circulation dans l'espace Cédéao ».

« Le transport pour intégrer les peuples »

Cela répond à un besoin de mobilité inter-régionale, renchérit Aubain Sagna, secrétaire général du ministère des Transports. « C'est une première qu'une grande société sénégalaise aille vers l'intérieur de l'Afrique. L'intégration régionale signifie intégrer les peuples, et le transport est le moyen le plus efficace pour y arriver. »

Habituée des déplacements, Adja Oumy Ndiaye fait le test. « Je vais le prendre pour voir. Si ce n'est pas satisfaisant, je vais arrêter ».

C'est également un test pour les transporteurs privés, face à cette nouvelle concurrence.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.