Congo-Brazzaville: Examens d'Etat - Jean-Baptiste Sitou reprécise les dispositions réglementaires sur les inscriptions

Jean-Baptiste Sitou, directeur départemental de l'Enseignement primaire, secondaire et de l'Alphabétisation de Pointe-Noire, a fait le 23 janvier une communication à l'endroit des responsables des établissements scolaires privés et publics, qui vont présenter dans quelques mois des candidats aux différents examens d'Etat.

Les inscriptions, la présentation obligatoire du CEPE pour les candidats inscrits au BEPC, les taux de délivrance de diplômes d'Etat ont dominé cette communication initiée après les nombreuses plaintes exprimées par les parents d'élèves sur ces questions qui, à l'approche des examens, entretiennent la surenchère chez certains responsables véreux des écoles

Le directeur départemental de l'Enseignement primaire, secondaire et de l'Alphabétisation a rappelé les dispositions de la note circulaire n° 0344 fixant les taux d'inscription aux examens d'Etat et concours de l'enseignement général des candidats de nationalité congolaise et étrangère. Les candidats officiels congolais payent 5 000 Frs pour le baccalauréat, 4 000 Frs pour le BEPC et 2 000 Frs pour le CEPE. Les fonds collectés au titre des dispositions de la présente circulaire contribueront à l'organisation des examens d'Etat et concours.

De ce fait, ils devront être déposés à la direction des examens et concours au régisseur lors des inscriptions. « Les responsables des écoles sont appelés à faire respecter scrupuleusement à la lettre ces dispositions. Seulement, certains responsables des écoles demandent des sommes allant jusqu'à 31 000 Frs sous prétexte que c'est l'administration qui l'exige. Ce qui est faux et malhonnête. Si ces écoles veulent faire payer les parents d'élèves les frais et charges inhérents à leur fonctionnement (gardiennage, travaux dirigés, etc., ils doivent l'expliquer en toute honnêteté aux parents d'élèves et non se servir de l'administration scolaire pour assouvir leurs visées mercantilistes », a t-il dit avec fermeté.

Jean-Baptiste Sitou a aussi évoqué les dispositions de la note circulaire n° 0345 fixant les frais de déclaration et de délivrance des titres d'admission qui sont fixés comme suit : 2 000 Frs pour le baccalauréat, le BEPC et le CEPE. Le retrait peut être fait par les parents eux-mêmes en s'adressant simplement aux services des examens et concours. Et de rencherir : « Après la dérogation accordée cette année aux enfants n'ayant pas le CEPE qui vont présenter l'examen du BEPC, l'année prochaine tous les enfants inscrits au BEPC doivent avoir dans leurs dossiers le CEPE datant d'au moins trois ans.

Les enfants qui ne l'ont pas encore sont tenus à le passer pour que leurs dossiers soient recevables.» La question de la transhumance interne et externe des enfants est strictement interdite, puisque les élèves doivent être inscrits à l'établissement ou site où ils suivent leurs enseignements, a-t-il ajouté avant de marteler sur les sanctions qu'encourent les enseignants fonctionnaires du public qui passent plus de temps au privé au détriment de l'Etat leur employeur.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.