Algérie: Le Président Tebboune confirme la poursuite des consultations politiques pour parvenir à une "Constitution consensuelle"

Alger — Les consultations politiques entreprises, il y a quelques jours, se poursuivront pour une durée indéterminée, a affirmé le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, soulignant que l'objectif étant de parvenir à une "Constitution consensuelle" dont le projet sera soumis au référendum populaire.

"Les consultations se poursuivent, mais la date de leur clôture n'est pas arrêtée", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec des responsables de médias nationaux publics et privés au cours de laquelle il a évoqué plusieurs questions nationales et internationales.

Ces avis, a-t-il poursuivi, "pourront entrer dans l'élaboration de la mouture finale de la Constitution et l'occasion sera également donnée à d'autres personnalités".

Cependant, il a estimé que même si "la Constitution concerne certes l'ensemble de la société, son élaboration doit être confiée à des spécialistes en droit constitutionnel".

Soutenant que l'actuelle Constitution "a montré ses limites" avec la crise, le président de la République a jugé "impérative" sa révision pour "éloigner le spectre des crises à l'avenir".

Lire aussi: Révision de la Constitution: publication du décret portant création d'un comité d'experts

Se défendant de vouloir obtenir une "Constitution sur mesure", le président Tebboune a affirmé que "cette Constitution marquera le début de l'étape fondamentale".

Il a expliqué, à ce titre, avoir "préféré que le débat passe par le Parlement et que toutes les explications soient données aux citoyens afin qu'ils puissent voir une idée claire et que le référendum soit supervisé par l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE)".

Le président de la République a soutenu, à ce titre, que toutes les personnalités rencontrées jusque là étaient "favorables à l'amendement de la Constitution" et qu'elles "craignent, elles aussi, tout comme les citoyens, qu'elle soit encore une révision sur mesure".

Néanmoins, le chef de l'Etat s'est dit "prêt à le rencontrer au siège de la Présidence ou chez lui", assurant que "toute discussion avec lui ne sera que bénéfique".

Sur un autre plan, le président Tebboune a réitéré sa détermination à poursuivre la lutte contre la corruption et à œuvrer pour la récupération des deniers publics détournés vers l'étranger.

Poursuite "sans relâche" de la lutte contre la corruption

"La lutte contre la corruption, et je l'ai déjà assuré, se poursuivra sans relâche", a-t-il affirmé, soulignant que les mesures de lutte contre la corruption peuvent aller jusqu'à "l'installation de caméras de surveillance partout, à l'instar des services des Douanes, des commissariats de police et des communes".

Il a affirmé, en outre, que les fonds détournés seront "indubitablement récupérés".

Evoquant la question du développement des médias, le président de la République s'est engagé à aider la corporation "autant que possible" et à encourager la création de clubs de journalistes dans toutes les wilayas du pays, exhortant les journalistes à "se réunir dans leur propre syndicat".

Par ailleurs, le chef de l'Etat a exprimé son "opposition catégorique" à "l'implication de l'idéologie dans l'enseignement primaire", soutenant que "la citoyenneté exige l'édification d'une génération imprégnée des valeurs du nationalisme, de la morale et de l'appartenance civilisationnelle.

"Nous devons tirer profit des expériences des pays avancés. Il existe actuellement des problèmes n'ayant aucun rapport à la scolarité et je m'engage à résoudre les problèmes sociaux des enseignants qui ne devront pas utiliser les élèves comme moyen de pression car les grèves répétées ne servent pas l'intérêt de l'élève", a-t-il estimé.

Sur le plan international, le président de la République s'est félicité de la réaction positive à la proposition de l'Algérie d'abriter le dialogue inter-libyen.

Il a rappelé, à l'occasion, que la question de la République arabe sahraouie, membre fondateur de l'Union africaine (UA), relève de la décolonisation.

Livrant sa vision sur l'avenir des relations avec la France, le chef de l'Etat a indiqué que "désormais, l'Algérie avec sa nouvelle génération et direction n'acceptera aucune immixtion ou tutelle de quelconque".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.