Algérie: Réunion d'Alger sur la Libye - Appels à accélerer le règlement de la crise

Alger — Les participants à la Réunion ministérielle des pays voisins de la Libye ont mis en avant jeudi à Alger la nécessité impérieuse d'accélerer le règlement de la crise en Libye à travers une solution politique loin de toute ingérence étrangère.

Dans leurs interventions à l'ouverture de la rencontre, les participants ont mis en garde contre les retombées de la crise libyenne pour la paix et la sécurité continentales.

Dans ce cadre, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a souligné l'attachement de l'Algérie à "la nécessité d'encourager les parties libyennes à régler pacifiquement leur crise", réaffirmant son "rejet de toute ingérence étrangère dans ce pays".

Et d'ajouter: "nous sommes d'autant plus confiants que les parties libyennes ont accueilli favorablement la proposition de l'Algérie d'abriter les rounds du dialogue interlibyen".

M.Boukadoum a estimé, à cet égard, que les liens de fraternité et l'histoire commune exigent que les pays voisins de la Libye "redoublent d'efforts durant la prochaine étape pour appuyer le processus de règlement pacifique et exhorter les deux parties en conflit à adhérer au processus politique, à relancer le dialogue et à faire prévaloir l'esprit de réconciliation, étant l'unique voie pour mettre fin à la crise qui n'a que trop duré et qui menace la sécurité et la stabilité dans toute la région".

Pour sa part, le ministre tchadien des Affaires étrangères, de l'intégration africaine et de la coopération internationale, Chérif Mahamat Zene, a salué "l'organisation par l'Algérie d'une rencontre des pays voisins de la Libye pour examiner la dangereuse crise que traverse la Libye", insistant sur "l'impérative conjugaison des efforts pour accompagner les frères libyens en vue de renouer avec le processus de règlement pacifique".

Le ministre tchadien a, dans ce contexte, assuré que son pays joignait sa voix à celle de toutes les parties qui œuvrent pour le règlement de la crise.

Il a rappelé, dans ce cadre, que son pays avait abrité une réunion des pays voisins de la Libye, en présence de l'émissaire onusien et des représentants des parties concernées par la cris.

Et d'ajouter: "Nous espérons à ce que notre dialogue soit couronné d'une consolidation du processus de règlement pacifique de la crise et de la concrétisation des efforts la communauté internationale".

Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères tunisien (par intérim) Sabri Bachtobji a indiqué que "la réunion intervient dans une conjoncture délicate marquée par une dégradation préoccupation de la situation dans ce pays frère ".

Il a affirmé également que la persistance de la crise en Libye et l'escalade militaire dangereuse qui pourrait en découler, constitue "un défi pour nos frères libyens et les pays voisins, notamment au vu des crises économiques et la recrudescence des activités terroristes, ainsi que les flux de migrants et le nombre croissant de refugiés".

En outre, le responsable tunisien a mis l'accent sur l'importance du "Mécanisme des pays voisins de la Libye" comme cadre permettant à nos pays de se concerter et d'oeuvrer à unifier nos efforts pour inciter les frères libyens à œuvrer de concert pour sortir du cycle de la violence.

Il indiqué à cette occasion que la Tunisie se félicitait des "conclusions positives des deux rencontres de Moscou et de Berlin à l'effet de consolider le cessez-le-feu, ce dernier étant la condition sine qua non pour un retour au dialogue et au processus politique".

Les travaux de la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye ont débuté, jeudi à Alger, dans le cadre du renforcement de la coordination et de la concertation entre ces pays et les acteurs internationaux afin d'accompagner les Libyens dans le processus de règlement politique de la crise à travers un dialogue inclusif.

Outre M. Boukadoum, le Secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé de la Communauté nationale et des compétences à l'étranger, Rachid Bladehane, les ministres des Affaires étrangères de la Tunisie, Sabri Bachtobji (par intérim), de l'Egypte, Sameh Choukri, et du Tchad, Chérif Mahamat Zene, et les représentants des ministres des Affaires étrangères du Niger et du Soudan participent à cette réunion, à laquelle prennent également part le ministre malien des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Tiébilé Dramé, au vu des retombées de la crise libyenne sur ce pays voisin, ainsi que le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, dont le pays avait abrité récemment la Conférence internationale sur la crise en Libye.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.