Congo-Kinshasa: Présidence de Félix Tshisekedi - Un an après, où en sont les réformes promises ?

Il y a un an, Felix Tshisekedi, fils d'Etienne, opposant historique en République démocratique du Congo, était investi président. Après 12 mois de gouvernance, le bilan des réformes annoncées est en demi-teinte.

Felix Tshisekedi s'est rendu populaire dans les premiers mois en multipliant les mesures emblématiques comme l'ouverture de l'espace démocratique avec la libération des prisonniers et le retour des exilés politiques, ainsi que l'autorisation de manifester sur tout le territoire.

La gratuité de l'enseignement primaire, sa mesure-phare, est sans doute la plus populaire tant l'éducation des enfants pesait sur le portefeuille des Congolais.

Mais avec ces réformes annoncées, à chaque fois, au bout de quelques semaines, il y a toujours un hic. Depuis presque 6 mois, les interdictions de manifester se multiplient, les atteintes à la liberté de la presse aussi. La gratuité coûte trop chère pour être entièrement financé cette année encore et des dizaines de milliers d'enseignants continuent de ne pas être payés.

Marchés sans appels d'offre... .

Même scénario pour son plan des 100 jours ; beaucoup de grands projets d'infrastructures très attendus, promis pour certains depuis Mobutu. Par manque de moyens, de préparations, le programme des 100 jours s'enlise et les gouverneurs et ainsi que les populations s'impatientent.

Finalement, le point le plus sombre reste la gouvernance économique, le taux de change dévisse et les prix montent en flèche. Pour ne rien arranger, Il y a aussi quelques affaires qui ont été largement relayés par la presse et les réseaux sociaux, des marchés sans appels d'offre aux montants astronomiques aux suspicions de détournements de fonds publics.

La présidence de la République fonctionne comme un gouvernement-bis

Florimond Muteba, président de l'Observatoire de la dépense publique

■ RDC : « Évitons les discours intempestifs » (ministre pro-Kabila)

Voilà un an, jour pour jour, que Félix Tshisekedi préside la République démocratique du Congo, mais ce n'est pas simple. Il doit cohabiter avec un Parlement tenu par son prédécesseur, Joseph Kabila. Dans son propre gouvernement, les deux tiers des ministres sont pro-Kabila. Willy Bakonga est l'un d'entre eux. Il est ministre d'État, ministre de l'Enseignement primaire, secondaire et technique. La cohabitation, c'est comment ? De passage à Paris, ce ministre pro-Kabila répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

Dans un pays, et surtout l'alternance, il ne peut pas manquer de petits couacs. C'est normal, dans une jeune démocratie, il est normal que tout ne soit pas rose. Mais avec la volonté clairement affichée par les deux leaders, la coalition au pouvoir a de beaux jours et je sais que la suite sera heureuse.

Willy Bakonga, ministre d'État, ministre de l'Enseignement primaire, secondaire et technique

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.