Madagascar: Politique monétaire - Les réserves d'or à augmenter

Le ciblage des taux d'intérêts étant la pierre angulaire de la politique monétaire jusque-là, un revirement s'annonce avec la priorisation des réserves d'or à la Banque centrale.

Pilotage de la politique monétaire. Hier, sans mentionner le volume et la valeur, le gouverneur du Banky Foiben'i Madagasikara (BFM), Henri Rabarijohn affirme solennellement «le projet d'augmenter les réserves en or de la Banque centrale, lesquelles sont moindres pour le moment ».

Cette annonce intervient à l'occasion du passage à l'action de l'institution qu'il dirige vers la constitution de réserves en or en partenariat avec le ministère en charge des mines. « La Banky Foiben'i Madagasikara achètera l'or sur le marché selon le prix normal », poursuit le gouverneur.

Tandis que la politique monétaire est prévue s'articuler autour du ciblage des taux d'intérêts, c'est-à-dire des taux applicables vis-à-vis des banques primaires en cas de dépôt et de retrait effectués directement à la BFM, et ce jusqu'en 2023, le début de l'année 2020 est marqué par un tournant historique. La BFM va s'efforcer de détenir des réserves en or au même titre que les banques centrales étrangères dont les réserves sont composées d'or à 20 % en moyenne.

L'étape préalable inéluctable s'avère la sécurisation et la formalisation des activités autour de la filière or afin d'en déterminer la traçabilité.

Valorisation

Pour le ministre des Mines, Fidiniavo Ravokatra, « La BFM qui met en œuvre la politique monétaire nationale s'est attribuée l'organisation d'assurer en aval l'approvisionnement en or et la valorisation de l'or ainsi acquis pour en conférer ultérieurement une valeur monétaire servant à la stabilisation et au renforcement de la monnaie nationale. Cette collaboration entre le ministère des Mines et des ressources stratégiques et du Banky Foiben'i Madagasikara est donc née de la convergence de deux missions distinctes ».

Afin de mener à terme pour une période de cinq ans un accord avec la Banky Foiben'i Madagasikara, le ministère en charge des Mines assume de son côté l'obligation d'encadrer la filière or pour sauver les opérateurs du secteur informel. La disponibilité de l'or exploité et existant sur le marché détermine la possibilité de constituer des réserves d'or à la banque centrale.

« L'or devra passer par l'affinage pour lui permettre de devenir de l'or monétaire », indique le Gouverneur Henri Rabarijohn. Ce procédé de l'affinage consiste à séparer l'or de l'argent et des autres métaux lorsqu'ils sont extraits d'une mine. L'affinage afin d'obtenir de l'or monétaire n'est pas encore praticable à Madagascar à l'heure où l'on parle.

Le Banky Foiben'i Madagasikara va alors détenir et gérer les réserves nationales d'or dorénavant, si classiquement ce sont des réserves en devises qu'elle conserve. Pour Madagascar, la valeur des réserves permet d'estimer le coût d'importations réalisables, en ce sens que l'or détenu par la BFM va impacter la balance de paiement du pays.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.