Togo: Ces performances du secteur agricole qui forcent l'admiration et le respect !

« Le secteur agricole reste et demeure le principal levier de relance de l'économie togolaise, du maintien de la sécuritaire alimentaire, de la création d'emplois et de la génération de richesses partagées au sein de notre population », ainsi s'exprimait hier Jeudi à Kara à la tribune de la 12ème édition du Forum National du Paysan Togolais dont les travaux ont été ouverts.

Des chiffres avancées pour justifier une telle évolution, on en retient, de par les performances atteintes dans le secteur agricole, un « bilan alimentaire globalement excédentaire avec un taux de couverture des besoins en produits vivriers qui est passé de 90% en 2008 (année de flambée des prix des denrées alimentaires) à 137% en 2019 », « une croissance soutenue dans les filières de rente. La production du coton par exemple a connu une hausse de 408,35% passant de 27 000 tonnes en 2010 à 137 255 tonnes en 2018, due à la restructuration du secteur avec la création de la Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT) et la mise en place de la fédération nationale des groupements des producteurs de coton », « une prévalence de la sous-alimentation en net recul : de 32,8% sur la période 1990-92, le taux de prévalence a baissé de 16,6 points pour s'établir à 16,2% sur la période 2016-2018 ; ce qui été salué par la communauté internationale à travers deux distinctions décernées par la FAO au Chef de l'Etat en 2013 et 2015, en reconnaissance aux efforts exceptionnels accomplis par le Togo en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle ».

Aussi, note-t-on d'après M. Bataka, « une croissance agricole qui a fait un bon significatif passant de 3,95% en 2010 à 5,63% en 2018 avec un pic de 14,32% en 2014, soit en moyenne 6% par an, conforme à la cible du Programme détaillé de développement agricole en Afrique (PDDAA) fixée par l'UA. De même, le PIBA à prix courant a presque doublé passant de 644,26 milliards de F.CFA en 2010 à 1 357,4 milliards de FCFA en 2019 », « une amélioration de la balance commerciale des produits agricoles avec une réduction du déficit de 11% », « une incidence de la pauvreté en nette baisse en milieu rural qui a diminué de 9,7 points passant de 73,4% en 2011 à 63,7% en 2017 » et « un revenu monétaire par an per capita des producteurs agricoles s'est amélioré de près de 120 000 FCFA passant de 217 149 FCFA en 2010 (1,19 $/jour) à 336 300 francs CFA soit 1,84 $/jour en 2019 et traduit une progression vers l'atteinte du seuil de pauvreté monétaire estimé à 444 548 francs CFA par an soit environ 2 $/jour ».

Si pour rien que l'année 2019, il est indiqué que plus de 139.000 emplois ont été créés par le secteur agricole, le cap est mis sur « l'appropriation et la mise en œuvre des différents chantiers engagés dans le cadre du PND devant permettre de tripler les rendements et les revenus des petits producteurs d'ici 2025 et assurer une production tout le long de l'année, de promouvoir la transformation des produits agricoles avec des labels de qualité ainsi que d'assurer la traçabilité ».

Le ton sera donné au terme de ce 12ème Forum National du Paysan Togolais.

12ème Forum National du Paysan Togolais

Ces performances du secteur agricole qui force l'admiration et le respect !

« Le secteur agricole reste et demeure le principal levier de relance de l'économie togolaise, du maintien de la sécuritaire alimentaire, de la création d'emplois et de la génération de richesses partagées au sein de notre population », ainsi s'exprimait hier Jeudi à Kara à la tribune de la 12ème édition du Forum National du Paysan Togolais dont les travaux ont été ouverts.

Des chiffres avancées pour justifier une telle évolution, on en retient, de par les performances atteintes dans le secteur agricole, un « bilan alimentaire globalement excédentaire avec un taux de couverture des besoins en produits vivriers qui est passé de 90% en 2008 (année de flambée des prix des denrées alimentaires) à 137% en 2019 », « une croissance soutenue dans les filières de rente. La production du coton par exemple a connu une hausse de 408,35% passant de 27 000 tonnes en 2010 à 137 255 tonnes en 2018, due à la restructuration du secteur avec la création de la Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT) et la mise en place de la fédération nationale des groupements des producteurs de coton », « une prévalence de la sous-alimentation en net recul : de 32,8% sur la période 1990-92, le taux de prévalence a baissé de 16,6 points pour s'établir à 16,2% sur la période 2016-2018 ; ce qui été salué par la communauté internationale à travers deux distinctions décernées par la FAO au Chef de l'Etat en 2013 et 2015, en reconnaissance aux efforts exceptionnels accomplis par le Togo en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle ».

Aussi, note-t-on d'après M. Bataka, « une croissance agricole qui a fait un bon significatif passant de 3,95% en 2010 à 5,63% en 2018 avec un pic de 14,32% en 2014, soit en moyenne 6% par an, conforme à la cible du Programme détaillé de développement agricole en Afrique (PDDAA) fixée par l'UA. De même, le PIBA à prix courant a presque doublé passant de 644,26 milliards de F.CFA en 2010 à 1 357,4 milliards de FCFA en 2019 », « une amélioration de la balance commerciale des produits agricoles avec une réduction du déficit de 11% », « une incidence de la pauvreté en nette baisse en milieu rural qui a diminué de 9,7 points passant de 73,4% en 2011 à 63,7% en 2017 » et « un revenu monétaire par an per capita des producteurs agricoles s'est amélioré de près de 120 000 FCFA passant de 217 149 FCFA en 2010 (1,19 $/jour) à 336 300 francs CFA soit 1,84 $/jour en 2019 et traduit une progression vers l'atteinte du seuil de pauvreté monétaire estimé à 444 548 francs CFA par an soit environ 2 $/jour ».

Si pour rien que l'année 2019, il est indiqué que plus de 139.000 emplois ont été créés par le secteur agricole, le cap est mis sur « l'appropriation et la mise en œuvre des différents chantiers engagés dans le cadre du PND devant permettre de tripler les rendements et les revenus des petits producteurs d'ici 2025 et assurer une production tout le long de l'année, de promouvoir la transformation des produits agricoles avec des labels de qualité ainsi que d'assurer la traçabilité ».

Le ton sera donné au terme de ce 12ème Forum National du Paysan Togolais.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.