Togo: Le pays annonce la nationalisation des mines de phosphates

24 Janvier 2020

Le Togo a commémoré ce vendredi le 46e anniversaire de l'attentat de Sarakawa.

Le président Faure Gnassingbé a assisté dans la journée à une cérémonie au mémorial où se trouve l'épave de l'avion sur le site même du crash.

Un dépôt de gerbe s'est également déroulé à Lomé en présence de Félix Abalo Kadanga, chef d'état major général des forces armées togolaises (FAT).

Le 24 janvier 1974, le DC3 dans lequel se trouve le président Gnassingbé Eyadema s'écrase à Sarakawa (nord Togo).

Un sabotage imputé aux milieux financiers étrangers hostiles au projet de nationalisation de la société des mines de phosphates.

La réaction est immédiate.

Le 2 février 1974, Gnassingbé Eyadema, sorti miraculeusement indemne du crash, annonce la nationalisation de la Compagnie togolaise des mines du Bénin.

Le Togo, dès lors, va plus que jamais s'affirmer soucieux de son indépendance économique et, plus généralement, de son authenticité.

Au nom de ce retour aux sources, le nom de certaines villes sont africanisées et de nombreux togolais renoncent à leurs prénoms étrangers - Français principalement - au profit de prénoms typiquement africains.

Ainsi, le président lui-même abandonne Etienne au profit d'Eyadema.

L'année 1974 est qualifiée de 'trois glorieuses' dans l'histoire du Togo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.