Cameroun: Yaoundé - Un élève meurt au lycée de Nkol-Eton après avoir fait le sport

24 Janvier 2020

Âgé de 17 ans et élève en classe de Seconde C1, Cabrel Leukeufack a trouvé la mort suite à un malaise survenu après une séance d'éducation physique avec l'enseignant.

Le lycée bilingue de Nkol- Eton était en ébullition ce matin du vendredi, 24 janvier 2020. Un élève de 17 ans a été victime d'un malaise juste à la fin de la séance d'éducation physique conduite par un enseignant.

Le jeune Cabrel Leukeufack, a-t-on confié à votre journal, s'est écroulé devant ses camardes médusés. Conduit à l'infirmerie du lycée bilingue de Nkol- Eton dans le 1er Arrondissement de Yaoundé la capitale politique du Cameroun, l'adolescent a ensuite été évacué vers une clinique située à proximité du lycée bilingue de Nkol- Eton. Malheureusement, le petit Cabrel Leukeufack est mort. Très remonté, ses camarades ont vandalisé l'infirmerie du lycée, arguant que la prise en charge de leur camarade a été précaire.

Des personnes qui citent des sources familiales, affirment que Cabrel Leukeufack était asthmatique, et donc parfois en proie à des malaises ou crises.

Seulement, la polémique prétend que le jeune homme aurait signalé son malaise à son professeur d'éducation physique, avant même le début de la séance. A-t-il été contraint par l'enseignant ? Difficile de répondre à cette question.

La mort du jeune élève a provoqué une panique générale qui a vu des élèves se bousculer, et d'autres avec divers traumatismes. Tous, nous fait-on savoir, ont été pris en charge à l'infirmerie de ce lycée chic de Yaoundé, le plus prestigieux et glamour de la capitale, parce que situé à cheval entre le quartier Nkol- Eton et le quartier chic et résidentiel de Bastos.

Le sous-préfet de Yaoundé 1er ainsi que le proviseur du lycée bilingue de Nkol- Eton ont fait le tour des salles de classes pour rassurer les élèves.

Dommage pour le petit Cabrel Leukeufack de la classe de Seconde C1 qui s'est prématurément joint à ses pères ce jour. Une pensée profonde pour ses parents, ses frères et soeurs, ses camarades et ses enseignants.

Malheureusement, comme l'avait dit un poète, "la vie commence par les pleurs, et se termine par les pleurs".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.