Ile Maurice: Prestation de serment de 52 avocats - Les jeunes optent pour le corporate

L'émotion et le sentiment d'avoir réussi étaient au rendez-vous lors de cette cérémonie de prestation de serment de 52 nouveaux avocats, qui s'est tenue en ce vendredi 24 janvier devant la Cour suprême.

Lors de l'intronisation du premier groupe, qui s'est tenue à 11 heures en présence du chef juge, Eddy Balancy, ce dernier a tenu à rappeler aux nouveaux avocats qu'ils appartiennent dorénavant à une profession noble.

«Vous avez un devoir envers votre client, la cour, vos adversaires et vous-même et vous devez travailler dur pour maintenir la dignité de la cour.» En gros, pareil qu'en septembre dernier.

Le juge Asraf Caunhye a pour sa part insisté pour que les avocats étudient et maitrisent leur dossier et mènent un travail préparatoire avant de se présenter en cour.

«Vous faites dorénavant partie d'une profession noble et vous devez faire preuve d'une combinaison d'intégrité, d'engagement, d'éloquence et de courage. Vous faites un pas en avant vers le 'learning process'. Vous devez vous assurez que vous avez mené un travail préparatoire tout en étudiant le 'brief' que ce soit léger ou pas.»

Il a même avisé les hommes de loi, leur demandant de respecter le code d'éthique. «Respectant le code d'éthique est synonyme de rehausser la confiance du public. Sinon, vous emmènerez la profession 'into disrepute'.» D'ajouter que «as a new generation, we look forward that you enhance the values».

L'express a sollicité quelques-uns de ces nouveaux membres du barreau.

Yashraj Bhudoye :

«J'ai choisi cette profession par conviction et c'est maintenant que le travail commence. C'est certes un travail assidu mais pour réussir, il faut respecter le code d'éthique, nos 'seniors' qui nous guideront. C'est vrai que le nombre d'avocats augmente, mais comme le dit le chef juge, il y a toujours de la place pour les bons avocats.»

Marie Virginie Ingrid Lecordier :

«J'ai intégré une profession noble et je vais devoir mettre en avant l'intérêt des clients tout en faisant prôner la justice. Quoique la profession compte un nombre important d'hommes de loi, je dirai qu'il y a de la place pour tout le monde. En tant que jeune avocate, j'ai choisi le corporate comme filière et je déciderai ensuite s'il y a un débouché. D'ailleurs, j'ai déjà fait ma demande du côté de ce secteur.»

Pawan Kumar Choonucksing :

«Je compte sur les principales valeurs dont le dur labeur, la persévérance et la motivation pour pouvoir faire une percée dans le métier.»

Philippe Gad-Olivier Barbe :

«Comme dans tous les autres métiers, il faut faire preuve de l'humilité tout en ayant recours à la persévérance, aux efforts continus pour pouvoir bien mener son travail. En tant que candidat du Parti mauricien social-démocrate lors des élections, et comme dirait Sir Gaëtan Duval, le politicien viendra en aide de la loge et vice versa.»

Letizia Veerapatren :

«Je suis très contente de pouvoir célébrer ce jour spécial parmi ma famille. Je compte me lancer dans la 'general litigation' avant de me spécialiser dans un domaine spécifique.»

Madhini Mukan :

«Je suis émue et le parcours avait commencé depuis le primaire. Je ne vais pas me restreindre à quelque chose de spécifique pour l'instant mais le côté criminel me passionne.»

Quinn Ozira Rosa-Hotentote :

«C'est un moment de fierté et c'est un nouveau parcours qui commence pour moi dans le monde du travail. Je vais me lancer dans le 'corporate' vu que j'estime que pour un débutant, ce domaine tend à la stabilité.»

Zeinab Hassan Lallmahomed :

«Comme mes 'seniors' m'ont appris, il suffit de traiter son dossier avec beaucoup de discipline et de le maitriser pour pouvoir mener un travail correctement.»

Sewta Ramsooroop :

«J'ai fait beaucoup de sacrifices et c'est vrai que ce ne sera pas facile mais il faut travailler plus dur et j'ai opté pour le 'corporate'.»

Rohan Bokhoree :

«J'ai entamé mon début au barreau dans le monde corporate mais j'ai toute l'intention de retourner au barreau pour plaider. Pour moi, être avocat, c'est le litige et plaider devant une cour de justice.»

Faarzaad Soreefan:

«Je suis très fier d'avoir prêté serment après de longues années d'études. Avant de me spécialiser, je vais me concentrer sur le «litigation» afin d'avoir un peu d'expérience dans les plaidoiries devant une cour de justice. Mais ce solt les secteurs de l'environnement, de l'emploi et les affaires civiles qui m'intéressent.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.