Tunisie: Gouvernement - Qalb Tounes dénonce « une démarche d'exclusion et sans lien avec la pratique démocratique »

24 Janvier 2020

Au terme de la réunion vendredi de son bureau politique consacrée aux tractations pour la formation du nouveau gouvernement dirigé par Elyes Fakhfakh, le Parti de Qalb Tounes, deuxième plus important bloc au parlement, a exprimé son « inquiétude » quant à la démarche engagée et a appelé le chef de l'Etat à clarifier la question.

Dans une déclaration publiée après la réunion, le parti a estimé qu'il y avait « de nombreuses indications selon lesquelles cette tendance allait saper les bases du système politique énoncé dans la constitution, car elle annule les résultats complets des élections législatives et la taille parlementaire des partis ».

Qalb Tounes a estimé que l'entame du processus de formation du gouvernement constitue « une mesure d'exclusion qui n'a rien à voir avec la pratique démocratique, ni avec le système parlementaire hybride, sur lequel le système politique en Tunisie est basé ».

Fakhfakh a affirmé lors d'une conférence de presse ce vendredi au Palais Dhiafa à Carthage que le parti Qalb Tounes (représenté au Parlement avec 38 députés) et le Parti destourien libre (représenté par 17 députés) ne seront pas représentés dans le prochain gouvernement, étant donné qu'ils « ne sont pas en harmonie avec la règle » sur laquelle il a choisi de former le gouvernement.

A cet égard, Qalb Tounes a indiqué qu'il attend du président de la République une clarification concernant la « contradiction apparente » entre ce qu'il (Kais Saied) a déclaré dans sa lettre mandatant le chef du gouvernement Fakfakh où il réaffirme l'avoir choisi « par respect pour la volonté des électeurs, hommes et femmes, lors des élections législatives », et les affirmations de Fakhfakh lors de sa conférence de presse.

« Ces affirmations font du chef de l'Etat un président de son électorat sans le reste des Tunisiens, alors qu'il est sensé être le président de tous les Tunisiens », ajoute le parti dans sa déclaration.

D'autre part, Qalb Tounes a rappelé que le mode de désignation d'Elyes Fakhfakh pour former un gouvernement « n'était pas conforme à l'esprit de la constitution et à la volonté de la plupart des partis vainqueurs représentés au Parlement », rappelant le texte de son mandat selon lequel « ... le gouvernement à former ne sera pas un gouvernement du président de la République, mais plutôt celui qui obtiendra la confiance de l'Assemblée des représentants du peuple ... « , tandis que le chef du gouvernement désigné a affirmé lors de sa conférence de presse que le gouvernement qu'il entend former est le « gouvernement du président car il tire sa légitimité dans sa formation des résultats des élections présidentielles », « oubliant que le système politique existant dans le pays est un système parlementaire hybride dont la légitimité du gouvernement est issue de celle du parlement ».

Le parti a rappelé sa position de principe sur le gouvernement qui selon lui « doit être formé rapidement, qu'il doit s'agir d'un gouvernement d'unité nationale, ce qui est naturel étant donné la situation générale difficile que traverse la Tunisie ».

Le Bureau politique de Qalb Tounes a convoqué d'autre part son Conseil national à se réunir dans la soirée du lundi 27 janvier prochain.

Le président de la République Kais Saied avait chargé lundi 20 janvier 2020 l'ancien ministre Elyes Fakhakh, de « former le gouvernement dans les meilleurs délais », après le rejet par le parlement, le 10 janvier, du gouvernement Habib Jemli, rappelle-t-on.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.