Congo-Brazzaville: Hydrocarbures - Le secteur augmente son activité

L'exploration pétrolière n'a jamais été aussi active qu'en 2019, en dépit des alertes sur le changement climatique, souligne une étude du Westwood Global Energy Group (WGEG) sur le dynamisme du marché de l'exploration pétrolière.

Des chiffres démontrent un intérêt indéfectible des lobbies du secteur pour les énergies fossiles. Un constat d'autant plus surprenant à l'heure où les compagnies pétrolières sont appelées à agir contre le réchauffement climatique et à mettre en œuvre des politiques efficaces de transition énergétique.

« Le débat est aujourd'hui quand même beaucoup trop manichéen, trop faussé. On pense qu'il y a un monde blanc et noir. Je comprends qu'il y ait des jeunes qui ont envie qu'on agisse, mais c'est un sujet complexe.

Les actionnaires, ce dont ils veulent surtout s'assurer, c'est la durabilité de nos dividendes », a déclaré Patrick Pouyanné, PDG de Total à l'occasion d'une conférence de presse en date du 14 janvier à Paris, avant de rappeler que les énergies fossiles représentent près de 90 % du mix énergétique mondial et que cela ne pourrait disparaître d'un coup de baguette.

Pourtant, en octobre dernier, la société réaffirmait son engagement à se réorienter vers une énergie responsable en multipliant par dix sa capacité mondiale de production d'électricité bas carbone, la faisant ainsi passer de 2,7 GW fin 2018 à 25 GW fin 2025.

Pour WGEG, la passivité des firmes comme Total et les nouveaux chiffres de l'exploration en 2019 montrent que l'appétit pour trouver du pétrole et les énergies fossiles en général ne diminue pas, mais que cela risque d'être pire encore en 2020. Cela remet en question l'engagement des parties prenantes pour une transition énergétique efficace.

Meilleure année pour l'exploration depuis quatre ans

Selon l'étude, le nombre de puits à fort impact à l'échelle mondiale en 2019 était de 91, soit une hausse de 36 % par rapport à 2018. Pour rappel, les puits à fort impact sont les puits ciblant des réserves à plus de 100 millions de barils d'huile et plus de 1 Tcf de gaz naturel.

Les dépenses de forage sont demeurées stables à 3,5 milliards de dollars, car le coût moyen des puits a diminué. Le volume commercial découvert a été le plus élevé depuis 2015, soit environ 13 milliards de barils d'équivalent pétrole (bep).

Le taux de succès commercial a, quant à lui, atteint son niveau le plus élevé en 10 ans, soit 32 %, notamment grâce à l'amélioration des techniques de forage.

Ce niveau d'activité devrait d'ailleurs se maintenir cette année, souligne l'étude. Il faut toutefois noter que 77% des réserves découvertes en 2019 étaient du gaz naturel, moins polluant que le pétrole.

Par ailleurs, les deux plus grandes découvertes de pétrole sont situées sur la licence de Stabroek en Guyane qui, avec plus de six milliards de barils, est l'une des licences pétrolières les plus prolifiques jamais révélées, ce qui place le pays dans le starting-block des futurs eldorados de l'énergie aux côtés du Sénégal, de la Mauritanie ou encore du Mozambique.

L'année 2019 a également vu l'Europe du Nord-Ouest se propulser en tête du classement des régions avec le plus de forages à fort impact. Malgré un programme de forages de vingt-sept puits, seules deux découvertes à fort impact ont été signalées. Cela correspond à un taux de réussite de 7%.

57% du taux de réussite commerciale en Afrique

En Afrique, le forage à impact élevé est resté modéré avec quatorze puits exécutés en 2019, mais les taux de réussite commerciale ont affiché 57 % avec plus de trois milliards de bep découverts, dont environ 80 % de gaz. En Afrique du Sud, une zone pionnière a permis la découverte de l'un des plus gros gisements de condensats de gaz de l'année sur le prospect de Brulpadda.

Des découvertes à fort impact ont également été faites dans cinq autres pays : Sénégal, Mauritanie, Nigeria, Angola et Ghana où, pour la première fois, une compagnie africaine a foré en eaux profondes et découvert ce qui se présente aujourd'hui comme la plus grande découverte d'huile du Ghana.

Selon les estimations de WGEG, un consultant britannique pour l'ensemble de la chaîne de valeur pétrolière, l'industrie de l'exploration continuera de repousser ses limites en 2020, tant en eaux profondes que peu profondes.

En Afrique, une dizaine de puits à fort impact devraient de nouveau être forés avec potentiellement six tests de zones pétrolières pionnières de la Guinée Bissau, du Kenya, de la Namibie et au large du Gabon. D'ailleurs, Total devrait forer en Angola, dans le bassin du Congo, un puits de pétrole à une profondeur d'eau de plus de 3 400 m, une première.

Les eaux du Brésil représentent aussi une zone à surveiller en 2020, indique le consultant. Au total, l'industrie devrait y tester 6 milliards de barils probables dans des zones pré-salifères situées dans les bassins de Santos et Campos, et le bassin de Ceara.

Outre cela, plusieurs dizaines de puits moins importants devraient être forés et les campagnes d'exploration, notamment les acquisitions sismiques, devraient se multiplier partout dans le monde en 2020. Elles devraient aboutir à de vastes campagnes de forage, dans les années à venir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.