Madagascar: L'accès à l'école primaire publique loin d'être effectif pour tous

À Madagascar, la société civile dresse un constat alarmant sur l'éducation, et l'enseignement primaire en particulier. Vendredi 24 janvier, un consortium d'organisations de la société civile a organisé une conférence débat sur « l'école primaire gratuite, obligatoire et de qualité ».

Ce droit à une « école primaire gratuite, obligatoire et de qualité » est loin d'être respecté sur la Grande Île où 1,4 millions d'enfants de 6 à 10 ans ne sont pas scolarisés selon les chiffres de l'UNICEF.

Face aux statistiques accablantes, ce sont une cinquantaine d'organisations de la société civile qui demandent des engagements concrets de l'Etat dans l'éducation.

Hery Rason est le directeur de l'ONG Ivorary et membre de la Jeune Chambre internationale. « La cause profonde de la plupart de nos problèmes à Madagascar, c'est l'éducation. Donc, si on veut aller vers un développement réel, c'est l'éducation qui est la priorité », dit-il.

L'éducation n'a pas été une priorité

Ce secteur ne semble pas avoir été une priorité pour les autorités malgaches depuis des années. Le budget alloué à l'éducation ne cesse de diminuer et représente aujourd'hui seulement 2,8% du PIB.

« On ne peut pas tout mettre sur le compte de la pauvreté, estime Antonia Rakotoarivelo, magistrate et fondatrice de l'Albert-Einstein Schule.

L'État s'est engagé à signer une convention internationale qui exige que l'on alloue 5% du PIB et 30% au moins de dépenses publiques en éducation.

C'est parce qu'ils pensent qu'ils peuvent atteindre ces objectifs. Donc, nous pensons qu'en plaidant pour augmenter ce budget, c'est possible de le faire. »

Augmenter le budget de l'éducation pour permettre un enseignement gratuit et de qualité pour tous. C'est la demande principale de la société civile.

Car la gratuité de l'école est loin d'être effective : les ménages financent l'éducation à hauteur de 40% du budget. La qualité elle aussi fait défaut puisque 65% des professeurs sont sans diplôme, d'après les chiffres fournis par la société civile.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.