Angola: Les «Luanda Leaks» secouent les milieux d'affaires portugais

Au Portugal « Luanda Leaks » ont créé une véritable onde de choc. Des dirigeants des sociétés détenues dans le pays par Isabelle dos Santos sont mis en examen. Les retombées pourraient être conséquentes.

En 48 heures, plus de dix cadres d'entreprises ont jeté l'éponge au Portugal. Tous sont liés aux sociétés d'Isabel dos Santos. C'est le cas de son banquier attitré au sein de la banque Fomento d'Angola. Le cas aussi de son avocat et prête nom à la banque EuroBic, ou encore de son amie intime, cadre dans l'entreprise de télécommunication NOS et dirigeante d'un cabinet de consulting.

Sans oublier le cas dramatique du gestionnaire privé de Isabel dos Santos, Nuno Ribeiro da Cunha retrouvé mort à son domicile en milieu de semaine. Sa mort coïncide avec sa mise en examen dans l'affaire dos Santos. Son décès a toutes les apparences d'un suicide. Mais, selon le Correio da Manhã, un tabloïd de Lisbonne, la police n'écarte aucune hypothèse.

Tous sont soupçonnés d'avoir aidé à tisser la toile de corruption de l'empire dos Santos. À Lisbonne, on est convaincu que rien n'aurait pu se faire sans complicités. L'Angola et le Portugal entretiennent des relations ambiguës depuis la fin des guerres coloniales. Pendant la crise économique de 2008 á 2015, de nombreuses entreprises portugaises ont bénéficié de l'aide des dos Santos. Qu'ont-ils exigé en retour ? C'est ce que devra déterminer l'enquête.

Les tractations pour reprendre les restes de l'empire luso-angolais ont commencé. Le sort d'Efacec et de ses 2 400 employés est en suspens. Isabel dos Santos en était propriétaire à 70 %, mais elle a dû renoncer.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.