Angola: Les cours constitutionnelles africaines font attention à la corruption

Luanda — Les Cours constitutionnelles d'Afrique doivent être attentives aux processus de lutte contre la corruption en cours sur le continent, pour justifier leur existence, a déclaré vendredi à Luanda, le président de la Cour constitutionnelle du Zimbabwe, Luke Malaba.

S'adressant à la presse, en marge de la visite qu'une délégation de participants à la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines (CJCA) a faite au Parlement angolais, Luke Malaba a souligné que toutes les organisations judiciaires devraient être en alerte.

Selon le membre du bureau exécutif de la CJCA, le juge Luke Malaba, si les cours constitutionnelles sont «inattentives», elles n'ont aucune raison d'exister.

Il a rappelé que cette organisation, créée par l'Union africaine, existait pour instaurer la promotion constitutionnelle, faire du constitutionnalisme une culture, afin de développer et garantir la protection des droits de ses peuples, en particulier des marginalisés.

D'après lui, cette mesure aidera les populations marginalisées à bénéficier également de la protection découlant de la Constitution et à promouvoir un meilleur environnement social, politique et économique.

L'Angola, par l'intermédiaire du président de la Cour constitutionnelle, Manuel Aragão, préside la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines (CJCA) depuis juin 2019. Elle est intégrée par 46 des 55 Cours constitutionnelles d'Afrique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.