Ile Maurice: Le timing de l'alerte III divise

Le bulletin de la météo à 10 h 10 hier a soulevé plusieurs interrogations. La météo a souligné qu'il existe des chances que le pays passe en alerte III à 19 h 10. Or hier après-midi a eu lieu la lecture du discours-programme du gouvernement au Parlement. Bon timing ou coïncidence?

Les procédures pour émettre une alerte de niveau trois dépendent du risque des vents cycloniques de 120 km/h et il faut qu'il y ait au moins six heures de la lumière du jour.

Dans ce cas précis, la probabilité d'émettre un avertissement de cyclone de classe III est forte. Mais les conditions n'étaient pas réunies, notamment avec les six heures de la lumière du jour, soit pour compléter les précautions et pour permettre aux Mauriciens de rentrer chez eux.

L'ancien directeur de la station météo Subiraj Sok Appadu souligne que c'est le Cyclone Committee au bureau du Premier ministre qui avait décidé des modalités pour les alertes cycloniques.

«De mon temps, il y avait des heures spécifiques pour émettre un avis cyclonique de classe II. Généralement, c'était soit à 4 heures du matin soit à 16 heures pour que les élèves puissent prendre leurs dispositions.

Pour l'alerte III, on faisait de sorte à donner les six heures de daylight pour que les Mauriciens puissent faire leurs provisions. Jamais je n'aurais émis l'alerte III à cette heure», fait ressortir Subiraj Sok Appadu à l'express.

«Pas de lien avec le discours»

L'express a contacté le directeur de la météo Bhye Muslim Heetun, qui n'était pas disponible. C'est Ram Dhurmea, l'adjoint au directeur de la météo, qui a expliqué cette décision.

«Évoquer une possible alerte III à 19 heures et le fait que le discours-programme soit lu à 16 heures ne sont pas liés. Nous avons mis cela dans notre bulletin pour prévenir la population d'une possibilité de passer en alerte III.

Les scénarios probables indiquent que la perturbation montre des signes d'intensification et se rapproche de Maurice.

Il se peut que le système devienne une tempête tropicale modérée, ce qui veut dire que les chances d'avoir des conditions cycloniques augmentent avec des vents de 120 km/h ou plus», affirmait Ram Dhurmea hier après-midi.

Y a-t-il eu des directives pour émettre l'alerte juste après la lecture du discours-programme? À cette question, Ram Dhurmea précise: «Ce n'est que pure coïncidence.»

Pour justifier la note dans le bulletin («Si le système continue à se déplacer sur cette trajectoire et s'intensifie davantage, il y a une possibilité qu'un avertissement de cyclone de classe III sera émis à 19 h 10 aujourd'hui»), Ram Dhurmea fait ressortir que dans le cas d'Ambali et Calvinia, les conditions ne cadraient pas avec les protocoles visant à émettre des avertissements à la population. «Les systèmes sont tellement difficiles à prévoir...

Dans le cas de Calvinia, le système s'approchait de Maurice tout en s'intensifiant, d'où la décision d'émettre une alerte III lundi 30 décembre au matin», ajoute le Deputy Directorde la station météo.

Les Mauritius Meteorological Services ont fait l'objet d'un projet de loi, qui place la météo sous le joug d'un ministre.

Ce dernier peut donner des directives. Les services météo tombent sous le ministère du Local Government,Disaster and Risk Management dirigé par Anwar Husnoo, absent du pays actuellement.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.