Gabon: Rumeurs d'enlèvement d'enfants - Retour au calme à Libreville

Au Gabon, le bilan s'est alourdi, suite aux violences urbaines de vendredi 24 janvier, à Libreville, la capitale. La personne admise en soins intensifs au CHU de Libreville, après avoir été lynchée par la foule, est décédée ce samedi matin.

Son décès porte à deux, le nombre de morts. À l'origine de cette folle journée, des rumeurs sur une vague d'enlèvements d'enfants à des fins fétichistes.

Des manifestations spontanées ont éclaté dans plusieurs quartiers et le bilan de la journée aurait pu être plus lourd si la police et la gendarmerie nationale n'étaient pas intervenues promptement.

Vendredi, en début d'après-midi, la tension est montée d'un cran dans plusieurs quartiers, notamment dans le 6e arrondissement, à Awendjé et dans les PK.

Un peu partout, des rumeurs ont circulé annonçant l'enlèvement de plusieurs enfants. La route nationale N°1 qui traverse la capitale a été barrée à plusieurs endroits.

La police et la gendarmerie ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui ont érigé des barricades et brûlé des pneus. Plusieurs jeunes ont été interpellés.

Calme revenu à Libreville

Le calme est revenu dans la capitale. Les manifestants se sont rapidement dispersés. Dans la soirée de vendredi à ce samedi 25 janvier, les bars ont rouvert. Certains commerçants sont néanmoins prudents. Leurs magasins sont fermés.

Plusieurs quartiers gardent encore les stigmates de cette violente journée. Il y a les restes des barricades sur le côté et les cendres des pneus brûlés sont visibles dans plusieurs carrefours.

Week-end oblige, il y a peu d'enfants dans les rues. La peur est encore palpable. Le peuple rend le gouvernement responsable pour avoir tout nié, sans une communication efficace et sans prendre des dispositions.

L'origine de l'embrasement

Tout est parti de l'enlèvement, il y a environ deux semaines, d'un garçon âgé de 3 ans, à Bitam, à la frontière avec le Cameroun. Les réseaux sociaux ont amplifié des messages toxiques sur le sujet.

L'on a parlé d'un projet de sacrifier 1 000 enfants pour permettre à des hommes politiques de revenir aux affaires ou encore d'un trafic lucratif d'enfants entre le Gabon et le Cameroun.

Des forces de sécurité près des écoles

Pour le gouvernement, la situation n'aurait pas dégénéré s'il n'y avait pas de réseaux sociaux. C'est pourquoi il a rappelé que les auteurs des fausses informations sont passibles d'une peine de prison de cinq ans et d'une amende de 3 millions de FCFA.

Ayant pris la mesure de la colère populaire, le ministre de l'Intérieur, Lambert Noël Matha, a annoncé qu'il mettra en place un dispositif conséquent des forces de l'ordre notamment devant les écoles. Tout le monde attend ce qui se passera lundi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.