Sénégal: Obligation des états de relever le défi politique de la mise en œuvre des politiques écologiquement identifiées

25 Janvier 2020

Le secrétaire général de la Convergence des écologistes du Sénégal (CES), Pr Pape Meissa Dieng, a analysé la crise écologique et ses conséquences. Selon lui, il urge de prendre des mesures pour combattre le phénomène.

La crise écologique s'aggrave de jour en jour, avec la disparition d'espèces, la pollution ou encore la consommation de plastiques. Sur ce, le secrétaire général de la Convergence des écologistes du Sénégal (CES), Pr Pape Meissa Dieng, tire la sonnette d'alarme. «Des efforts importants ont, certes, été initiés par le gouvernement actuel du Sénégal, mais ils ne sont, toujours pas, à la hauteur de l'urgence climatique.

Et ces efforts seront sans conséquences positives durables et ils risquent même d'être annihilés, si ils ne sont pas soutenus par une volonté collective et franche de toutes et de tous, à l'échelle de la planète, de sortir du modèle pernicieux de consommation qui continue de faire de la combustion de l'énergie fossile produisant du dioxyde de carbone et du protoxyde d'azote aux conséquences désastreuses et inégalement réparties», a expliqué le secrétaire sortant de la Fédération des partis écologistes d'Afrique (Feva).

Mieux, dit-il, «audelà des bouleversements environnementaux (fonte des glaces, perte biodiversité, inondations et sécheresse, phénomènes météo extrêmes... ), le changement climatique accentue avec des situations précaires de tout ordre pour les populations les plus démunies, et il va encore renforcer les phénomènes migratoires et la fracture sociale et économique entre le Nord et le Sud. Nos institutions démocratiques ont l'obligation de relever le défi politique que constitue la mise en œuvre des politiques écologiquement identifiées».

A en croire, Pr Pape Meissa Dieng, «la massive prégnance du phénomène du changement climatique a montré toutes les limites de ce qu'un défaut ou un déficit d'anticipation comme celle-là peut engendrer comme conséquences parmi les plus dommageables. Pour dire combien sont pertinentes et bien fondées ces questions de prédiction, de précaution et d'innovation et de créativité écocitoyenne, parmi tant d'autres, agitées par l'écologie politique et les militants (les vrais) aux quatre coins du globe qui les portent». Ce qui lui fait dire que «confrontés à ces défis, les dirigeants des pays modernes ont à faire des choix difficiles, parfois politiquement impossibles, surtout devant le gouvernement de la technoscience».

Selon Pr Pape Meissa Dieng, il y a donc un conflit entre réponses au défi écologique et prémisses organisationnelles et éthiques du gouvernement représentatif moderne. «En réponse à ces nouveaux contours institutionnels, de territorialité, de temporalité, et de gouvernance de la technoscience, l'aggravation des problèmes environnementaux globaux comme le changement climatique, crée de nouvelles pratiques et de nouvelles tensions favorisant la réglementation supranationale», a-t-il fait savoir. Et d'ajouter : «l'accroissement des accords internationaux et de la législation environnementale régionale prouvent que la prévention des dommages environnementaux exige de transcender les territoires et la compétence territoriale sur lesquels, la représentation moderne s'est construite».

Pour Pr Meissa Dieng, la représentation moderne, coexistera et nécessairement de façon concurrentielle avec les institutions internationales. Toutefois, dira-t-il, «la voie de la démocratie écologique, introduit systématiquement des organisations non gouvernementales, que des politistes appellent des «représentants auto-investis» ou «les nouvelles figures de la légitimité démocratique», dans les institutions délibératives».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.