Sénégal: De nouveaux projets "Agri-jeunes" vont démarrer en mars, selon Moussa Baldé

Sédhiou — Le ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural, Moussa Baldé, annonce le démarrage de "nouveaux projets Agri-jeunes", en mars, dans le cadre des initiatives du gouvernement destinées à apporter des solutions à la problématique de l'émigration irrégulière.

"De nouveaux projets (Agri-jeunes) vont démarrer au courant du mois de mars", dans le cadre desquels "environ 300 fermes sont attendues" pour un financement total de "80 milliards de FCFA", a indiqué le professeur Baldé.

Il a fait cette annonce samedi en marge d'un déplacement qu'il effectuait à Diana Malary, une commune de la région de Sédhiou où il visitait des fermes agricoles modernes individuelles et villageoises.

Ces fermes ont été réalisées dans le cadre du Projet d'appui à la réduction de la migration à travers la création d'emplois ruraux au Sénégal (PACERSEN).

Le ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural était en compagnie des ambassadeurs de l'Union européenne (UE), Irène Mingasson, et d'Espagne, Irène Mingasson.

Les fermes visitées font partie de la composante sud-est du PACERSEN, qui intervient dans les régions de Kolda, Sédhiou et Kédougou, dans lesquelles 70% des bénéficiaires sont des jeunes et des femmes et 25% des migrants de retour au bercail.

Le PACERSEN vise à contribuer à réduire la migration irrégulière à travers la réduction de la pauvreté et le soutien à la résilience dans les zones d'intervention du projet.

De 2017 à 2020, 197 fermes "naatangue", 47 fermes villageoises, 80 fermes familiales et 7 "Waar-Wi" ont été réalisés pour le compte du PACERSEN, chaque "Waar-Wi" comptant 10 fermes familiales, a-t-on appris des responsables du projet.

Ils précisent que dans ce cadre, 2 645 emplois directs et 5000 emplois indirects ont été créés dans la zone sud-est du Sénégal.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.