Congo-Brazzaville: Encore plus d'éfforts pour améliorer l'accès et la qualité des soins

Pour la prochaine demande de financement, dans la lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme, le Fonds mondial a appelé le gouvernement à tenir compte d'un certain nombre de piliers sanitaires dont le renforcement des systèmes communautaires pour améliorer les soins en quantité et en qualité.

Lors du dialogue pays, tenu récemment à Brazzaville, sur le sida, la tuberculose et le paludisme, ces maladies ont été retenues comme priorité de l'année.

Ainsi, le Fonds mondial qui mobilise les financements au plan international pour contrer ces trois pathologies a demandé au gouvernement congolais de poursuivre ses efforts dans ce combat.

Pour la prochaine demande des financements y afférents, le pays est appelé à tenir compte du renforcement des systèmes communautaires pour améliorer l'accès et la qualité des soins, l'approvisionnement fiable et ininterrompu des produits de santé de qualité.

Par ailleurs, il est aussi question de renforcer les systèmes de données pour la santé et la capacité du pays dans leur analyse et leur utilisation. Le plateau technique des laboratoires en vue de fournir des services de diagnostic et de suivi des patients pour le sida et la tuberculose doit également être pris en compte.

En novembre 2019, sur la décision du conseil d'administration du Fonds mondial relative au financement disponible pour la période d'allocation 2020-2022, le Congo s'est vu allouer une enveloppe d'environ 35 milliards de FCFA pour la lutte contre ces maladies et la mise en place des systèmes résilients et pérennes pour la santé.

Etant logé dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, 15% de contrepartie incombent au gouvernement puisque les deux parties travaillent de concert dans le cadre d'une stratégie de réduction de la morbi-mortalité liée à ces maladies.

Selon la ministre de la Santé, de la Population, de la promotion de la femme et de l'intégration de la femme au développement, Jacqueline Lydia Mikolo, de ces financements, le pays est en droit d'attendre une amélioration de l'impact de ces financements dans le bien-être des populations.

« A cela s'ajoute une meilleure intégration des services de santé, la pérennisation des programmes de lutte contre les trois maladies, le respect des engagements du cofinancement pour faciliter la mise en œuvre des subventions du Fonds mondial de manière à soumissionner au cours de la prochaine fenêtre du 23 mars 2020 », a déclaré la ministre.

Elle a, par ailleurs, souligné que la gratuité effective de la prise en charge de la tuberculose, du paludisme et du sida a soulagé nombre de familles et réduit fortement l'incidence et la mortalité liée à ces maladies dans le pays.

Lors de la 6e conférence de reconstitution des fonds qui s'est tenue à Lyon les 9 et 10 octobre 2019, le Fonds mondial a annoncé avoir obtenu plus de quatorze milliards de dollars de promesses des différents pays contributeurs pour le prochain cycle 2021-2023.

Le Congo n'est pas resté en marge de cet appel à reconstitution de fonds. Le pays s'est en effet engagé à mobiliser environ trois milliards de FCFA comme contribution du gouvernement congolais à cet effort mondial.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.