Congo-Brazzaville: Le CAR propose le report de l'élection présidentielle de 2021

Le Comité d'action pour le renouveau (CAR), du président Clotaire Mboussa Ellah a, au cours d'une conférence de presse animée le 25 janvier à Brazzaville, proposé le report de l'élection présidentielle de 2021 au motif que les conditions actuelles d'organisation de cette élection ne permettent pas la bonne tenue d'un scrutin libre.

« Va-t-on organiser ces élections sans la biométrie, sans une nouvelle loi électorale, sans réorganiser ou réformer la CNEI, sans la loi portant financement et plafonnement des frais de campagne ? » s'est-il interrogé.

Pour le dirigeant de ce parti, les raisons de ce report s'inscrivent dans le cadre de ces analyses, remarques et du constat fait par toutes les bonnes volontés qui, au plan national et international ne veulent pas voir le Congo sombrer dans de nouveaux conflits post-électoraux.

« C'est ainsi que le dialogue national de toutes les composantes de la classe politique et de la société civile devra constituer le fondement de notre sursaut collectif dont notre pays a besoin aujourd'hui. », a laissé entendre Clotaire Mboussa Ellah.

De ce fait, il en a appelé à la haute responsabilité du président de la République, détenteur exclusif des leviers de commande de l'Etat. Il l'exhorte à prendre toutes les mesures susceptibles d'organiser le dialogue national, seul organe constitutionnel politique aujourd'hui. Nous devons nous interroger sur la question dans l'intérêt de la nation, pense-t-il.

« Cette démarche que notre parti juge objective doit nous engager pleinement et mettre notre pays à l'abri des conflits aux conséquences lourdes pour la vie dela population et la construction de notre pays », a-t-il ajouté.

Le CAR, a-t-il indiqué, souscrit entièrement à la résolution de la question sur la gouvernance électorale avant l'élection présidentielle et voit le dialogue national comme seul moyen de décider du report de l'élection présidentielle prévue en 2021 afin de trouver un compromis politique.

Et l'institution du Conseil national du dialogue est le résultat d'une longue réflexion politique émanant de l'article 228 de la Constitution de 2015 disposant à son tour que le Conseil national du dialogue est l'organe de concertation, d'apaisement et de recherche du consensus entre les forces vives de la nation sur les grands problèmes politiques d'intérêt national.

Le CAR a enfin lancé un cri d'alarme afin que l'ensemble de la classe politique congolaise se ressaisisse et prenne conscience des enjeux du moment, a conclu le président Clotaire Mboussa Ellah.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.