Afrique Centrale: Situation de l'est - Le Miss-RDC projette un sit-in devant l'ambassade du Rwanda

Dans cette action, le Mouvement des indignés de la situation sécuritaire en République démocratique du Congole (Miss-RDC), qui a écrit au gouverneur de la ville de Kinshasa, vise à exiger la fermeture de la représentation rwandaise dans le pays ainsi que réparation pour plus de 12millions de morts, « victimes de l'agression rwando-ougandaise.»

Le Miss/RDC) saisit le gouverneur de la ville-province de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, pour l'informer de l'organisation, le lundi 27 janvier, d'un sit-in devant le siège de l'ambassade du Rwanda en RDC, situé dans la commune de la Gombe.

Dans une correspondance dont copies a été réservées au président de la République, aux ministres de la Défense et des Anciens combattants ainsi que de l'Intérieur et Sécurité, à l'ambassadeur du Rwanda en RDC, à la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies en RDC et chef de la Monusco, au directeur du Bureau conjoint des Nations unies pour les droits de l'homme, au directeur général de l'Agence nationale des renseignements et au commissaire provincial de la Police nationale, le Miss-RDC pointe du doigt le Rwanda, l'Ouganda et le Burundi comme des pays qui ont toujours été à la base de la déstabilisation et de multiples crises sécuritaires en RDC, «servant des bases arrières et appuyant sans réserve différentes rébellions rwando-ougando-burundaises qui sèment la terreur, la mort et la désolation dans l'Est, plus particulièrement dans le Kivu-Ituri et Tanganyika.»

Tenant particulièrement le Rwanda et l'Ouganda responsables de la situation d'insécurité que traverse l'est de la RDC, en particulier, et tout le pays, en général, ce mouvement, en collaboration avec tous les Congolais qui se sentent indignés par la recrudescence de l'insécurité, particulièrement en Ituri, au Nord et Sud-Kivu, exige réparation et projette un sit-in «illimité », le lundi 27 janvier, devant l'ambassade du Rwanda à Kinshasa/Gombe en vue d'exprimer leur grande indignation. «Nous sollicitons l'encadrement de la Police nationale lors de cette manifestation citoyenne pacifique », écrit le Miss-RDC au gouverneur Ngobila.

Le Miss-RDC rappelle, par ailleurs, au numéro 1 de la capitale congolaise que les crises sécuritaires causées par le Rwanda depuis l'entrée massives de ses refugiés en 1994 ont provoqué les guerres de l'Alliance des forces démocratiques pour la libération, du Rassemblement congolais pour la démocratie, du Congrès national du peuple et du Mouvement du 23 mars.

Ce mouvement note également que ces différentes rebellions ont causé des massacres et génocide des paisibles citoyens congolais (Makobola, Kasika, guerre de six jours à Kisangani, Ituri Djugu, prise de Bukavu et Goma par Jules Mutebusi et Laurent Kunda, massacre de Kiwanja, guerre des hauts plateaux d'Itombwe-Mwenga, jusqu'aux égorgements et tueries massives à Beni par les présumés ADF.

« Les statistiques des organismes internationaux et nationaux font état de plus de huit millions de morts, un véritable génocide intentionnellement ignoré par toute la communauté internationale », regrette le Miss-RDC.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.