Afrique Centrale: Elections au Cameroun - l'ONU et les autres États d'Afrique centrale plaident pour un scrutin pacifique

Le Bureau régional des Nations unies pour l'Afrique centrale (Unoca) et la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC) ont appelé, le 24 janvier, à la tenue d'élections pacifiques au Cameroun.

Après une visite à Yaoundé du 19 au 23 janvier, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour l'Afrique centrale, François Louncény Fall, et le secrétaire général de la CEEAC, Ahmad Allam-Mi, suivent « avec attention » l'évolution de la situation socio-politique au Cameroun.

À quelques jours du début de la campagne électorale, ils ont lancé un appel conjoint pour que le processus électoral se déroule « dans le calme et la sécurité sur toute l'étendue du territoire national ». Ils ont insisté sur la nécessité de respecter les droits civils et politiques, y compris le droit de vote, les libertés d'expression, de réunion, d'aller et de venir, le droit à l'information et l'égal accès des acteurs politiques aux médias pendant cette période cruciale.

Louncény Fall et Allam-Mi ont condamné par la même occasion toute entrave à la jouissance de ces droits fondamentaux, notamment toute menace et violence à l'endroit des électeurs pour les empêcher d'exercer leur droit de vote. Ils ont exhorté tous les acteurs impliqués dans le processus électoral au Cameroun à créer un climat de paix et continuer d'œuvrer pour le bien-être des populations.

Aussi, le secrétaire général de la CEEAC et le chef de l'Unoca ont encouragé les partis politiques, les candidats et leurs partisans à résoudre les éventuels différends par le dialogue et les voies légales. Et d'inviter en particulier les médias et les usagers des réseaux sociaux à s'abstenir de tout discours incitant à la haine, à la violence et à la division, et les appeller à promouvoir les valeurs de paix et de cohésion sociale.

Pour rappel, le Cameroun doit organiser des élections législatives et municipales le 9 février 2020. « La tenue d'élections pacifiques, libres et transparentes, le 9 février 2020, sera une étape décisive vers le renforcement de la stabilité et des acquis démocratiques », ont-ils affirmé, avant d'encourager les autorités camerounaises « à continuer leurs efforts afin de mettre en œuvre les recommandations du Grand dialogue national à travers une démarche inclusive, ainsi qu'à persévérer dans les efforts de réconciliation nationale ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.