Cameroun: Crise anglophone, le général Chacha des Bui Warriors abattu

26 Janvier 2020

Les choses sont désormais suffisamment claires. La collusion entre le pouvoir de Yaoundé à travers l'armée camerounaise et l'Ambazonian Defence Forces, force indépendantiste loyale à Ayaba Cho Lucas est plus qu'évidente.

De sources dignes de foi à Kumbo, « General Chacha », commandant des Bui Warriors, forces loyales au Interim Government (IG), gouvernement indépendantiste en exil dirigé depuis les Etats-Unis par le pasteur Samuel Sako Ikome, a été tué ce dimanche 26 janvier 2020 au cours d'une attaque de l'armée camerounaise non loin de Kumbo (nord-ouest anglophone) : « il a effectivement été tué, nous sommes en train de procéder à son remplacement », confirme Chris Ani, porte-parole du IG

Pourquoi la disparition de Chacha (qui a été inhumé aussitôt, de sources locales) doit être mise à l'actif des Ambazonians Defence Forces (ADF) ?

Nous sommes en possession d'un voice mail (que nous allons rendre public le moment venu) de 42 secondes enregistré par un activiste proche d'ADF (nous allons taire son nom) dans lequel il annonce le raid de l'armée camerounaise dans le Bui (nord-ouest anglophone) qui a conduit à l'assassinat de Chacha en ces termes : « Ambazonians Defence Forces have sent an emergency message for operation 'no vehicle should leave the great state of Bui', forces will be conducting a military operation to protect La Republique du Cameroun forces (appellation de l'armée camerounaise au sein de la révolution anglophone, ndlr)... ».

Traduction : « ADF a envoyé un message urgent pour qu'aucun véhicule ne quitte le grand Etat du Bui. Les forces (de l'ADF bien sûr) vont conduire une opération militaire pour protéger l'armée camerounaise... ». Ce voice mail traduit deux choses :

(1) l'ADF était au courant que des soldats camerounais devaient mener une attaque ayant abouti à la chute de Chacha

(2) l'ADF a déblayé le chemin aux soldats camerounais pour atteindre General Chacha.

L'opération militaire menée par l'armée camerounaise a tout l'air d'une opération ciblée car il est curieux que seul Chacha soit tombé sans au moins 2 ou 3 membres de sa troupe.

Rappelons que quelques jours avant l'arrestation le 19 janvier dernier de 39 membres de l'ADF par les troupes de General Chacha, ce dernier subissait déjà des menaces de mort de la part du camp de ADF. Il était question pour ce dernier de prendre le contrôle total du Bui.

Infiltrer le camp ennemi, sous-traiter la contre-révolution avec une faction du camp de l'ennemi n'est pas une invention du pouvoir de Yaoundé.

Mais en quoi est-ce que tuer un général (et de surcroit avec l'aide de l'ennemi de mon ennemi devenu mon ami) est efficace lorsque le gros de la troupe est toujours en place, dans une révolution portée par tout un peuple ?

En quoi est-ce que l'assassinat de 5 combattants de l'IG à Guzang par ADF, de General Ivo, de Belthus, de Biè Biè, de Koraman, d'Amigo, Obi, Wazuzu (tué après avoir reçu des armes d'ADF munies de GPS), des généraux séparatistes tués avec la complicité des ADF, a tué la révolution anglophone ?

Doit-on comprendre que pour prendre le dessus sur l'ennemi, le pouvoir de Yaoundé à travers ses soldats, est obligé de dealer avec une faction rivale de l'ennemi ?

Dans ce cas, l'efficacité doit être de mise car espérer des résultats différents avec les mêmes méthodes c'est emprunter une voie sans issue.

Rien à faire, le lien de cause à effet entre l'arrestation de 39 membres de ADF le 19 janvier dernier par General Chacha et l'assassinat de ce dernier est facile à faire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Africa Info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.