Angola: Reprise des travaux du port en eau profonde à Cabinda

Cabinda — Les travaux de construction du port en eau profonde de Caio, interrompus depuis deux ans, à Cabinda, ont repris leur rythme normal ce mois-ci, après le paiement d'une dette de 124 millions de dollars américains aux entreprises contractantes.

Le paiement de cette dette était de la responsabilité de l'Institut maritime et portuaire d'Angola (IMPA), qui a remis, jeudi 23, le montant aux sociétés Caio Porto et CRBC.

À l'occasion, le directeur général de l'IMPA, Nazareth Neto, qui représentait le ministère des Transports dans la remise du montant, s'est réuni avec les entreprises respectives qui interviennent dans l'exécution des travaux.

Nazareth Neto a garanti que le problème financier, qui empêchait les travaux, était résolu, après avoir déclaré que les étapes suivantes réservaient l'examen d'autres factures des opérations effectuées en 2019.

Selon lui, avec le paiement de la dette, la première phase devrait être achevée en 2022.

Les travaux du port en eau profonde à Caio ont commencé en 2015 et ont connu des interruptions après avoir atteint, en 2017, des niveaux d'exécution physique supérieurs à 45%, avec la construction de plus de 400 des 775 mètres de quais prévus.

L'investissement au port de Caio est estimé à plus de 800 millions de dollars, dont 180 millions ont déjà été financés par le Fonds souverain.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.