Sénégal: Plaidoyer pour l'implantation d'infrastructures hôtelières à Touba

Diourbel — Le directeur du Centre formation des métiers de l'hôtellerie de Diourbel (centre), Daouda Niang, plaide pour l'implantation d'infrastructures hôtelières capables d'accueillir les nombreux touristes qui font le déplacement du grand magal de Touba.

"Il est temps que Touba puisse avoir un hôtel. En tant que talibé, je ne sais pas pourquoi on l'a refusé jusqu'à présent. Il n'y a aucun mal dans l'hôtellerie. Il est beaucoup plus facile de contrôler un hôtel que de contrôler les différentes maisons qu'il y a à Touba", a-t-il dit.

M. Niang s'exprimait samedi au cours de la cérémonie de remise d'attestation aux récipiendaires de la première promotion du Centre de formation en hôtellerie de Diourbel."On peut faire du n'importe quoi dans une maison mais on peut ne pas faire du n'importe quoi dans un hôtel avec un bon directeur", a-t-il fait valoir, ajoutant qu'un hôtel permettrait aux disciples mourides où résider le temps du magal, en respectant les interdits liés à la consommation d'alcool par exemple.

"Ces résidences vont permettre aux pèlerins de rester beaucoup plus longtemps à Touba parce que plus ils restent à Touba, plus ils dépensent, donc il y a des incidences financières", a avancé M. Niang, un professionnel du tourisme qui peut se prévaloir d'une expérience de 40 ans dans ce secteur.Selon lui, l'implantation d'infrastructures hôtelières contribuerait à créer des emplois et par la même occasion à "éradiquer définitivement le chômage" dans la capitale du mouridisme."Si on dit qu'aujourd'hui, l'Arabie Saoudite est la 18 destination mondiale du tourisme, c'est parce qu'elle ne compte que sur les pèlerins", a indiqué Daouda Niang.

Il a invité les autorités à "un recensement plus exhaustif" qui donnerait une idée plus précise de l'importance du tourisme religieux dans la mesure où le balnéaire a selon lui "atteint ses limites"."Pour le professionnel du tourisme, il faudrait que le Sénégal prenne des dispositions pour pouvoir recenser ces touristes et commencer à faire bénéficier ce tourisme religieux de cette manne financière", a-t-il dit."Quand on dit au niveau du ministère que nous avons un objectif d'un million de touristes alors que le Sénégal compte plus de 4,5 millions de touristes, c'est parce qu'il se limite au tourisme balnéaire qui n'est plus aussi attractif", a souligné M. Niang.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.