Ile Maurice: Longanes - Petites graines gros prix

Le temps pluvieux, durant les derniers mois, est en grande partie responsable de la flambée des prix sur le marché de nombreux fruits saisonniers. Parmi : les longanes. Qui coûtent entre Rs 1 100, voire même Rs 1 400, le kilo. Le prix de la pastèque a également pris le melon et pour pouvoir en manger, il faut débourser entre Rs 600 et Rs 1 000 parfois. Why ?

Il faut avant tout savoir qu'il n'y a pas de verger de longanes à Maurice. «Il y a quelques arbres dans les vergers de litchis ou sinon dans les cours des particuliers. Ce sont ces derniers qui vendent par la suite les arbres à des commerçants», explique Krepalloo Sunghoon, président de l'association des petits planteurs.

Cette année, il n'y a quasiment pas eu de longane sur le marché. «Ces arbres ayant fleuri très tôt, ils n'ont pas résisté au mauvais temps. Ek cyclone ek divan, tou fler inn fini tonbé.» Seuls quelques rares longaniers ont résisté aux intempéries. «Lerla, vu ki zot rar, bann pri difé.» N'empêche que, malgré la rareté, il y a des marchands qui se font de l'or sur le dos des consommateurs. «C'est totalement exagéré de vendre des longanes à plus de Rs 1 000. Peut-être que cela intéressera les touristes, ou des Mauriciens qui ont les moyens de s'en payer. Bizin gagn gro lanvi mem sa... »Un habitant de Vacoas abonde dans le même sens. «Durant des années, nous avons noté une irrégularité dans la floraison des longaniers. Enn lané gagn frwi, lot lané kapav pa gagné. Cette année-ci, pas de fruits à l'horizon. Chez moi, il n'y avait même pas de fleurs. Ou alors peut-être que celles-ci n'ont pas résisté au mauvais temps.» Pour lui, ce fruit est sur le point de disparaître. «Aster pa koné ki pou arivé... »

«Fini éklaté dan karo mem»

Pour ce qui est du melon d'eau, si au mois de novembre, il se vendait à quelque Rs 200 l'unité, des difficultés dans les champs, ont 'engorgé' les prix. «Finn gagn telma delo ki boukou inn fini éklaté dan karo mem.» Dès que cela se produit, le melon est invendable. «Bann planter lesss li pouri dan karo mem lerla», renchérit Kreepaloo Sunghoon. En ce moment, il faut exploser son budget pour en acheter. Et, au supermarché, par exemple; la pastèque importée se monnaye à Rs 600 la moitié de fruit...

Pour ce qui est des litchis, la dernière cargaison a été écoulée entre le 5 et le 7 janvier. «Le nombre de litchis était également en déclin sur le marché. Alors que d'habitude, nous récoltons quelque 3 000 tonnes par année, cette fois, nous n'en avons cueilli qu'une seule tonne», déplore le président de l'association des petits planteurs.Raisons évoquées : les ravages causés par les chauves-souris et le manque de pluie, lors de la floraison de ce fruit de saison. «Ti ena enn lasesress terib. Sa mank delo-la inn fer ki nou pa finn gagn asé !» Le prix le plus bas pour le litchi était de Rs 100 la livre en novembre.Sinon, pour les longanes et le melon, on restera sur notre faim.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.