Madagascar: Affaire KRAOMA - L'ancien DG et trois autres personnes placés sous mandat de dépôt

Le dossier a été déféré au parquet du pôle anti-corruption aux 67ha, samedi dernier.

Sans surprise. L'ancien directeur général (DG) de la société Kraomita Malagasy a passé sa première nuit de prison samedi. En effet, à l'issue de son défèrement au parquet du Pôle Anti-Corruption (PAC) aux 67ha samedi dernier, l'ex-numéro un de la société d'Etat en charge de l'exploitation de chrome a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora. Trois autres personnes, soupçonnées d'être ses complices, ont subi le même sort que lui.

Il s'agit d'un transitaire, d'un agent commercial et d'un directeur d'entreprise. D'après les informations, neuf individus soupçonnés d'être impliqués dans l'affaire de détournement et de malversations au niveau de la société Kraoma ont été déférés au PAC. Quelques-uns d'entre eux ont été placés sous contrôle judiciaire tandis que d'autres ont bénéficié d'une liberté provisoire. L'ancien DG de Kraoma va donc croupir en prison en attendant son procès.

101 milliards d'ariary. En tout cas, cette affaire est considérée comme faisant partie des grands dossiers de justice de cette année 2020 rien qu'en se référant au montant de la somme qui aurait été détournée au niveau de la société d'État Kraoma s'élevant, semble-t-il, à 101 milliards d'ariary. Par ailleurs, d'après les informations qui nous sont parvenues, durant son audition, l'ancien DG aurait maintenu son accusation portée contre des présumés complices. L

e nom d'une femme très influente du régime Hery Vaovao ho an'i Madagasikara (HVM) et celui d'un ancien secrétaire général du parti HVM, et non moins ancien ministre des Mines et du pétrole du temps du régime des « Kravaty manga », auraient été cités. Les deux individus se trouvent actuellement à l'étranger sans être inquiétés.

Pour rappel, au mois de février 2019, le 21 février pour être exact, des enquêteurs du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) ont effectué une descente au domicile de cet ex-ministre, à Ambohimangakely, pour y déposer une convocation en son nom. Cependant, l'intéressé avait déjà quitté Madagascar. D'après les informations recueillies auprès de la Police de l'Air et des Frontières (PAF), il aurait quitté le sol malgache une semaine plus tôt, c'est-à-dire le 14 février 2019. Mis à part cette dénonciation du DG, considéré comme étant le principal accusé dans l'affaire Kraoma, cet ancien baron du HVM est aussi cité dans le dossier Air Madagascar.

Preuves accablantes. Pour en revenir au dossier déféré au parquet du PAC samedi dernier, l'ancien DG de Kraoma et ses présumés complices sont accusés, entre autres, de vol de 34 000 tonnes de chrome, d'exportation frauduleuse des produits de l'entreprise, de favoritisme, de créances douteuses basées sur des intentionnelles fausses informations, de fixation abusive du prix de vente des produits sans prendre en considération leurs prix de revient, de non-respect de l'Incoterm ainsi que de détention et usage personnel des biens appartenant à la société.

Selon nos sources, des preuves accablantes auraient été présentées devant les juges du PAC. Le dossier contenait aussi certainement le bilan de l'année 2018 de la société Kraoma, réalisé par le Cabinet Delta Audit et les résultats de l'audit de gestion réalisé par le Cabinet PWC. Si l'on s'en tient à nos sources, ces documents auraient révélé plusieurs anomalies. En 2018, l'exercice comptable de ladite société est passé à un résultat négatif de 39 milliards d'ariary. Quoi qu'il en soit, tôt ou tard, les hauts responsables étatiques impliqués dans cette affaire vont être appelés à... s'expliquer.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.