Burkina Faso: Lutte contre le terrorisme - Le corps diplomatique aux côtés du Burkina

27 Janvier 2020

Témoins des actes terroristes qui se sont intensifiés depuis 2016, le corps diplomatique a exprimé sa compassion aux blessés, aux parents de victimes et à la nation entière.

La traditionnelle cérémonie de présentation de vœux de nouvel an du corps diplomatique au Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, s'est déroulée le vendredi 24 janvier 2020 à Ouagadougou. Avec un vif souvenir du massacre d'Alamou et Nagraogo dans le Centre-Nord, les diplomates ont présenté leurs condoléances au peuple burkinabè et lui ont témoigné son engagement à le soutenir dans ses efforts de développement.

Les représentants des organisations interafricaines et internationales, les chefs de missions diplomatiques et consulaires accrédités au Burkina Faso, ont sacrifié à la tradition. Réunis le vendredi 24 janvier 2020 au palais de Kosyam, ils ont présenté leurs vœux de nouvel an au Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Se rappelant l'attaque terroriste d'Alamou et de Nagraogo dans la commune de Barsalogho, perpétrée quatre jours avant, ils ont tous présenté à leur hôte, au peuple burkinabè et aux familles éplorées, leurs condoléances.

L'ambassadrice de la République fédérale du Brésil, Regina Celia de Oliveira Bittencourt, par ailleurs doyenne des chefs de missions diplomatiques et consulaires, a félicité le pays des Hommes intègres pour la qualité des relations diplomatiques qu'il entretient avec leurs pays respectifs. Malgré les grands défis du terrorisme, le Burkina Faso, à son avis, montre un taux de croissance supérieur à d'autres pays et qui, dans les années à venir, devrait se maintenir grâce aux efforts du gouvernement, à la vitalité des secteurs agricole et minier et au PNDES. La diplomate a affirmé que, confrontés aux attaques terroristes depuis 2016, les Burkinabè devraient apprendre à vivre avec les conséquences qui en découlent.

« Ce moment solennel nous offre une opportunité de vous assurer que notre engagement à vos côtés ne connaîtra pas de trêve », a rassuré le représentant du PAM, David Bulman. Tout comme l'ambassadrice du Brésil, il a salué le fait que le Burkina Faso s'est doté d'une politique de sécurité nationale qui vise à concevoir et mettre en œuvre les actions sécuritaires de manière plus holistique et mieux coordonnée. Pour M. Bulman, en 2020, les organisations internationales se tiendront aux côtés des populations les plus affectées par la crise que connait le pays.

Le doyen des organisations interafricaines, Dr Ahmed Elmekass, a qualifié d'incompréhensible et d'injuste la violence des attaques terroristes au Burkina Faso, «pays intègre, pacifique ». Il a exprimé au chef de l'Etat burkinabè la « solidarité agissante » de l'Afrique à travers les structures qu'il représente au Burkina Faso. Et dans la perspective de la rencontre des chefs d'Etat et de gouvernements africains au 33e sommet de l'Union africaine sous le thème : « Faire taire les armes : créer les conditions propices au développement de l'Afrique », il dit nourrir l'espoir de voir les armes se taire et la violence arrêtée sur le continent.

A son tour, le président du Faso s'est réjoui de l'excellence des relations d'amitié, de fraternité et de coopération qui existent entre son pays et les autres, représentés par le corps diplomatique. Il a mentionné les succès engrangés en 2019 et pris note des défis communs, envisageant avec espoir et assurance les perspectives de cette année nouvelle.

Pour Roch Marc Kaboré, en dépit de l'intensification des attaques terroristes de l'année écoulée, le Burkina Faso a bénéficié du soutien de ses partenaires pour construire son destin. En termes d'acquis, il a cité la capacité de résilience de l'économie, le dialogue politique et le vote des Burkinabè de l'extérieur qui sera une réalité cette année. Sur les plans régional et international, il a évoqué les efforts au niveau du G5 Sahel avec la rencontre de Pau pour contrer le terrorisme et l'extrémisme violent, et traduit sa préoccupation pour la crise aux conséquences tentaculaires désastreuses pour la région du Sahel.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.