Madagascar: Consommation - Des produits nocifs vendus sur les réseaux sociaux

Destinés pour le bien-être, près de deux milliards d'ariary de produits dangereux ont été saisi par la douane.

En provenance de Chine et qualifiée dangereuse pour la santé, une importante quantité de produits nocifs a été saisie par les services de contrôle de la direction générale des douanes (DGD) en fin de semaine. « Après identification et analyse des compositions par l'Agence de Contrôle Sanitaire des Qualités des Denrées Alimentaires (ACSQDA), ces produits ont été classés parmi les denrées nocives pour la santé des consommateurs. Ils ont été introduits et commercialisés sur le territoire national sans autorisation du ministère de la Santé publique ni de certificat de consommabilité de l'ACSQDA étant requis pour cette catégorie de produits», explique les responsables de la DGD.

D'une valeur totale de plus de 1.721.100.239 ariary, les produits saisis s'apparentent tous à des produits de bien-être. Soit, 916kg de compléments alimentaires interdits, d'une valeur de 1.234.033.439 ariary, des savons amincissants d'une valeur de 198.316.800 ariary ou encore du thé amincissant d'une valeur de 288.750.000 ariary.

« Alertée sur la circulation de produits nocifs sur le marché, la douane a mené l'enquête à partir du commerce de ces derniers sur les réseaux sociaux. Notamment sur facebook où le produit dénommé « Essence de kangaroo » vendu à 10.000 ariary pièce, soit une boite de vingt-quatre sachets bradée à 170.000 ariary figure parmi les plus prisés par les consommateurs pour ses soi-disant vertus aphrodisiaques », souligne les techniciens de la douane.

Vigilance

Il n'est pas rare de trouver des produits faux, sans ingrédients actifs ou avec les mauvais ingrédients ou enc

ore avec des additifs dangereux tels que des médicaments d'ordonnance non-inscrits sur l'étiquette. Il en va de même du matériel médical non autorisé sur internet, qui peut être de mauvaise qualité ou ne pas être sécuritaire.

Les consommateurs peuvent également vérifier si les produits ont été autorisés pour la vente en cherchant la Base de données sur les produits pharmaceutiques, la Base de données des produits de santé naturels homologués ou la Liste du matériel médical homologué en vigueur. L'organisme rappelle qu'il faut chercher des produits de santé autorisés et par la même occasion, lance un appel à la population pour signaler toute forme de commercialisation de produits suspects et en appelle à la vigilance de tous pour ne pas se laisser tenter par de tels produits car ils sont nocifs pour la santé.

Une façon pour ces responsables de mettre l'accent sur le fait qu'en plus de mettre leur santé, voire même leur vie, en danger, les consommateurs qui persistent à acheter en ligne des médicaments contrefaits et non autorisés courent aussi le risque d'être victimes de fraudes par cartes de crédit, de vol d'identité et de logiciels malveillants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.