Afrique de l'Ouest: Les beaux jours du tourisme ouest-africain

27 Janvier 2020

L'Afrique est considérée comme l'une des régions les plus prometteuses pour les développeurs hôteliers.

Outre les petites chaînes et les indépendants, quatre groupes hôteliers mondiaux arrivent en tête sur le continent.

En septembre 2019, Accor, Hilton, Marriott International et Radisson Hotel Group ont ouvert 2800 chambres et signé des contrats pour 6600 autres.

A travers l'Afrique, le développement hôtelier reste conséquent dans la plupart des économies avancées, comme le Maroc et l'Afrique du Sud; et les projets se multiplient en Afrique de l'Est, notamment en Éthiopie, au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda.

En Afrique de l'Ouest, le Nigeria est de retour grâce à l'émergence de destinations régionales au-delà d'Abuja et de Lagos.

L'Afrique francophone évolue également rapidement.

Le ministère du Tourisme de Côte d'Ivoire a lancé un plan national ambitieux de développement touristique intitulé 'Sublime Côte d'Ivoire', et a déjà annoncé une enveloppe d' investissement de plus d'un milliard de dollars.

Le Sénégal est l'autre star régionale avec des programmes comme Diamnadio, Lac Rose près de Dakar et Pointe Sarene.

Le Bénin, la Guinée, le Niger et le Togo commencent aussi à développer activement leur secteur hôtelier.

Le développement de l'industrie touristique est d'ailleurs contenue dans le plan national de développement lancé il y a un an par les autorités de Lomé.

Pour Philippe Doizelet de Horwath HTL, premier consultant de l'hôtellerie en Afrique de l'Ouest, la croissance du tourisme est notamment la conséqauence d'une meilleure connectivité aérienne.

Au cours des dernières années, de nouvelles liaisons aériennes ont transformé les voyages à destination et en provenance de l'Afrique de l'Ouest, explique-t-il. Il cite les compagnies Emirates, Turkish Airlines et Ethiopian Airlines.

Et des liaisons permettant de rejoindre directement Lomé ou Abidjan depuis New-York.

Mais tout n'est pas rose pour le tourisme ouest-africain.

Philippe Doizelet identifie quatre facteurs qui menacent les progrès économiques. Il évoque les questions de sécurité, l'agenda politique, la gouvernance et l'augmentation de la dette publique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.