Congo-Kinshasa: Tempête au sein de la coalition FCC-CACH - Ingele Ifoto appelle à l'apaisement

En ce mois de janvier finissant, la Haute Direction, cadres, membres et sympathisants de la Dynamique pour la Démocratie au Congo, DDC, parti politique cher à Ingele Ifoto, se sont retrouvés hier, dimanche 26 janvier 2020, à l'Espace KAGE, dans la commune de Limete, pour la traditionnelle cérémonie d'échange de vœux.

Plusieurs invités dont les leaders d'autres formations politiques ainsi que quelques membres du Gouvernement, Députés et Sénateurs étaient de la partie. Rappelant brièvement l'histoire de son parti, lors de son mot de circonstance, l'Honorable Ingele Ifoto, Autorité Morale de cette formation politique, a indiqué que la DDC a été enregistré au Ministère de l'Intérieur le 2 mars 2011. Ainsi, jour pour jour, il va totaliser 9 ans d'existence le mois qui suit.

Au regard des textes le régissant, la première décennie de la DCC sera célébrée avec l'organisation de son 1er Congrès, a précisé l'Honorable Ingele. Mais avant cela, a-t-il poursuivi, "le Bureau politique de notre Parti faisant fonction du congrès va être convoqué en session extraordinaire aux fins de se pencher essentiellement sur la révision de quelques articles des textes nous régissant, et ainsi arrêter des mesures visant la redynamisation de notre Parti. Comme vous le savez, une Commission préparatoire du bureau politique a été instituée par le Président ad-intérim et Secrétaire Général du Parti, et cette commission a déjà terminé son travail dont le rapport nous a été formellement transmis".

Abordant les questions d'actualité, plus particulièrement les propos tenus par le Président de la République lors de son dernier séjour à Londres, lesquels ont suscité avis et commentaires divers pour n'est pas dire contradictoires, deux thématiques, a dit Ingele Jean-Marie, ont retenu l'attention de la DDC.

Premièrement, à la question de la nationalité congolaise, la DDC pense que le monde étant devenu un village planétaire, cette question n'est plus liée seulement au sang et au sol. La détention ou l'acquisition d'une nationalité est devenue essentiellement une question juridique.

Ainsi donc, pour la DDC, est congolais ou congolaise, celui ou celle qui remplit les conditions quant à ce.

Deuxièmement, pour ce qui concerne la dissolution de l'Assemblée Nationale par le Président de la République et la mise en accusation du Président de République par l'Assemblée Nationale, la DDC rappelle à l'opinion que ces deux possibilités sont constitutionnelles.

La dissolution, précise l'orateur, intervient lors d'une crise persistante entre le Gouvernement et l'Assemblée Nationale, tandis que la mise en accusation du Président de la République par l'Assemblée Nationale intervient lors d'une violation intentionnelle de la constitution par le Président de la République. "A la DDC, pour le moment, nous nous réjouissons de constater qu'aucune condition de fond n'a été rencontrée contre l'une ou l'autre institution", martèle l'Autorité Morale de la DDC.

De ce qui précède, la DDC appelle à l'apaisement, "car la coalition actuelle FCC-CACH demeure à nos yeux, dans la situation politique actuelle de notre pays, la solution idoine pour la stabilité de nos institutions".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.