Sénégal: Secteur secondaire - Une évolution soutenue enregistrée en 2018

L'Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) a publié les Comptes nationaux provisoires de 2018 et définitifs de 2017.

Dans le document consulté au Journal de l'économie sénégalaise (Lejecos), l'Ansd souligne que la valeur ajoutée du secteur secondaire est ressortie en hausse de 7,5% en 2018 en liaison avec la bonne tenue des branches « activités extractives » (+18,7%), « fabrication de produits chimiques » (+17,2%), « construction » (+11,5%) et « fabrication d'autres produits manufacturiers (+6,3%).

Selon l'Ansd, la forte hausse des activités extractives est impulsée essentiellement par le dynamisme de la production d'or en quantité (+56,1%) tirée par l'entrée en production d'une nouvelle unité industrielle à Mako ainsi que la hausse de la production du zircon et du titane (+14,2%), en rapport avec l'accélération de l'exploitation dans les gisements de Grande Côte Opération. En outre, la vigueur des activités de fabrication de produits agroalimentaires a contribué au dynamisme du secteur secondaire.

En effet, la valeur ajoutée de la fabrication de produits agroalimentaires s'est bonifiée de 2,9 points en 2018 pour s'établir à 6,1%, sous l'effet principalement de la bonne campagne agricole de 2017. Les sous branches avec les contributions les plus importantes sont : « Riz décortiqué et farines » (18%), « Aliments pour animaux » (10%), « Pain et pâtisseries » (8%), « Fabrication de corps gras alimentaires » (7%) et « Produits de la transformation et conservation de poissons, crustacés et mollusques » (5%). En revanche, le dynamisme du secondaire a été amoindri par la contreperformance de la branche « raffinage du pétrole et cokéfaction » (-9,1%). Au total, la contribution du secteur secondaire à la croissance du PIB est restée stable en se situant à 1,7 point en 2017 et en 2018.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.