Sénégal: Attaque contre une patrouille du Garsi, recrudescence des violences et exclusion de Moustapha Diakhaté - Le ministre Seydou Gueye livre la vérité officielle

27 Janvier 2020

Selon le ministre conseiller en communication à la Présidence de la République, les faits concernant l'attaque d'une patrouille du Groupement d'action rapide de 0surveillance et d'intervention (Garsi) dans la nuit du 22 janvier dernier ne pourraient être assimilés à une attaque terroriste pour l'instant.

Invité de l'émission Grand jury de la Radio futurs médias (Rfm privée), Seydou Gueye a également précisé, au sujet de la recrudescence des violences au Sénégal avec leur lot de pertes en vie humaines, que le dispositif sécuritaire mis en place par les autorités est efficace et opérationnel. Avant d'affirmer que c'est le Président Macky Sall qui a donné des instructions pour sanctionner la posture de Moustapha Diakahaté.

Alors que des rumeurs diffusées sur la toile évoquaient la piste terroriste après des tirs sur une patrouille de la nouvelle unité de la Gendarmerie dédiée au renforcement de la lutte contre la criminalité organisée, en l'occurrence le Groupement d'action rapide de surveillance et d'intervention (Garsi), dans la nuit du 22 janvier dernier aux abords du village frontalier de Gathiary (Arrondissement de Kéniéba), le ministre conseiller en communication à la présidence de la République, Seydou Guèye est monté hier, dimanche 26 janvier, au créneau pour démentir cette fausse nouvelle.

Invité de l'émission Grand jury de la Radio futurs médias (Rfm privée), Seydou Guèye a précisé au sujet de cette attaque à l'issue de laquelle aucune victime n'est enregistrée du côté des gendarmes «que les faits ont eu lieu à près de 450 kilomètres et ne pourraient être assimilés à une attaque terroriste pour l'instant».

Poursuivant son propos, le ministre conseiller en communication à la Présidence de la République de préciser dans la foulée que «l'Etat a pris toutes les dispositions pour éviter ce phénomène qui inquiète les pays de la sous-région».

Se prononçant sur la question de la recrudescence des violences au Sénégal avec leur lot de pertes en vie humaines, Seydou Guèye rassure la population de ne pas avoir peur dans la mesure où, dit-il, le dispositif de sécurité mis en place par les autorités est efficace et opérationnel.

«On ne doit pas avoir peur, la peur doit être du côté des malfaiteurs. L'Etat a pris toutes les dispositions pour garantir la sécurité des citoyens et de leurs biens. La question est prise de la manière la plus sérieuse.

Le dispositif sécuritaire mis en place par les autorités est efficace et opérationnel», a-t-il rassuré.

Par ailleurs, interpellé également sur l'exclusion de son désormais ancien camarade Moustapha Diakhaté, Seydou Guèye qui cumule les fonctions de ministre conseiller en communication à la présidence de République et de porte-parole de l'Alliance pour La République, a révélé que c'est son patron, le Président de la République et Président de l'Apr, Macky Sall qui a donné des instructions pour sanctionner la posture de Moustapha Diakahaté qui est inacceptable dans un parti comme l'Apr.

«Il y a trois règles à respecter dans un parti. Premièrement, il faut partager les mêmes orientations avec les membres de ce parti. Deuxièmement, il faut accepter d'être sous l'autorité des décisions et résolutions de ce parti.

Troisièmement, on est sous l'autorité du leader de ce parti. Mais ce camarade dont vous parlez ne respectait pas ces règles.

Et il savait bien que les instances du parti ne prévoient pas l'existence d'un courant dans le parti. La posture de Moustapha Diakhaté est inacceptable dans un parti comme l'APR. Même les Sénégalais étaient perplexes par rapport à sa posture», a-t-il martelé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.