Sénégal: Promotion du tourisme religieux à Diourbel - Un plaidoyer auprés du Khalife général des mourides

27 Janvier 2020

Les étudiants de la première promotion des sortants du centre de formation des métiers de l'hôtellerie de Diourbel ont reçu ce samedi leur diplôme de fin de stage.

Une occasion pour Daouda Niang, le Directeur de ce centre de plaider pour la promotion du tourisme religieux via la promotion de l'hôtellerie dans la cité religieuse de Touba afin de permettre aux talibés de séjourner aussi longtemps durant les Grands Magals.

Le tourisme balnéaire a montré ses limites au niveau du Sénégal. L'heure est au tourisme religieux. C'est en substance, la conviction du Directeur du centre de formation des métiers de l'hôtellerie de Diourbel qui s'exprimait en marge de la cérémonie de remise de diplômes à la première promotion de son école.

Ces récipiendaires ont été formés pendant 8 mois sur les différentes filières de l'hôtellerie grâce à l'appui du 3 FPT Fonds pour le financement de la formation professionnelle et technique.

Daouda Niang, le Directeur du centre de formation des métiers de l'hôtellerie de Diourbel explique : «Il est souvent dit au niveau du ministère du tourisme qu'il y a un objectif d'un million de touristes par an alors que notre pays compte plus de 4 ,5 millions de touristes. Seulement, l'Etat se limite au tourisme balnéaire.

Pour eux, pour être touriste, il faut être blanc ou être habillé en maillot de bain alors qu'il y a d'autres touristes appelés touristes religieux. Il y a plus de 400 magals à Diourbel. Il y a un le Grand Magal qui draine un peu plus de 3 millions religieux. Le Dakka de Medina Gounass, c'est la même chose.

A Tivaoune, avec le Gamou et à Kaolack avec les touristes religieux venant du Nigeria et autres. Il faudrait que le Ministère se penche sur cette question de mettre en place des stratégiques pour pouvoir recenser ces touristes religieux qui dépassent de loin le nombre de touristes balnéaires et qui rapportent encore beaucoup plus en terme d'argent.

Si on dit que l'Arabie Saoudite est la deuxième destination mondiale selon l'organisation mondiale du tourisme, c'est parce qu'elle compte sur les pèlerins. Le Ministère devrait être présent lors des réunions préparatoires de ces événements religieux ».

«Il est plus facile de contrôler un hôtel que de contrôler les maisons à Touba»

Ce professionnel de l'hôtellerie est pour la promotion de l'hôtellerie au niveau de Touba. «Nous voulons démontrer que le tourisme religieux peut permettre au Sénégal d'occuper la première place ou la 2ème place en Afrique».

Et d'ajouter, «il n' y a aucun mal sur l'hôtellerie. Il est beaucoup plus facile de contrôler un hôtel que de contrôler les différentes maisons de Touba. On peut faire du n'importe quoi dans une maison mais ce n'est pas le cas dans son hôtel avec un Directeur.

Un hôtel, c'est permettre aux talibés d'avoir ou prêché pendant qu'on est à Touba. Il n'y a pas d'alcool, il n'y a pas de viande de porc.

Il y a des incidences financières pour le talibé qui reste à Touba durant le Magal. L'office du tourisme qui vient d'être créé à Diourbel a demandé au ministère de tourisme d'organiser un séminaire sur le tourisme religieux».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.