Ile Maurice: Trou-aux-Biches - En l'absence de loi, nager avec les tortues devient un business

C'est une habitude qui s'est installée depuis un certain temps dans le lagon de Trou-aux-Biches. Des plaisanciers ont repéré un endroit où, régulièrement, viennent s'ébattre des tortues de mer. Ils y emmènent des touristes, qui sont encouragés à nager avec ces tortues.

Ce spot se situe à quelques dizaines de mètres de la plage. Jusque-là, rien qui sort de l'ordinaire, sauf que cette activité a lieu toute la journée, dérangeant les habitudes des tortues. Des pique-niqueurs ont tenu à attirer l'attention sur cette pratique.«Les plaisanciers prennent des touristes sur leur bateau et les emmènent à cet endroit. Les skippers nourrissent les tortues pour que celles-ci restent à proximité des bateaux, pour ensuite proposer aux touristes de nager avec elles. Certains plaisanciers prennent jusqu'à 25 euros pour cette activité», affirme un Mauricien qui passe régulièrement ses journées à Trou-aux-Biches.

Activité pas contrôlée

Ce que dénonce cet homme, ainsi que des pêcheurs des environs, c'est que les tortues soient constamment dérangées durant la journée, au profit d'une activité touristique qui n'est même pas contrôlée. Après avoir interrogé des pêcheurs de la région, qui ont confirmé les pratiques des plaisanciers, nous avons contacté la National Coast Guard de Trou-aux-Biches.

Les garde-côtes confirment que cette pratique est une réalité mais ajoutent qu'ils ne peuvent prendre aucune sanction car aucune loi n'interdit cette activité. «Nous pouvons vérifier les bateaux, les permis, mais il n'y a actuellement rien qui interdit aux plaisanciers de s'arrêter dans le lagon et de laisser nager les touristes avec les tortues», souligne un responsable du poste de Trou-aux-Biches.Sollicitée, une source haut placée au sein du ministère de la Pêche nous informe que les pêcheurs soulèvent ce problème depuis la fin de l'année dernière. «Nous avons demandé à des fonctionnaires du ministère de la Pêche de faire un constat. Ce qui se passe, c'est que les habitudes de ces tortues sont grandement modifiées. Elles sont censées se trouver à manger par elles-mêmes et non pas être nourries aussi facilement dans le lagon.»

«Durant la journée, les tortues ont des routines, des activités qu'elles doivent naturellement faire. Se servir d'elles comme attraction touristique les empêche de vivre dans leur habitat librement», ajoute notre source. En revanche, elle affirme également qu'il n'existe aucun cadre légal pouvant régir cette activité. «En l'absence de loi, aucune sanction ne peut être prise», ajoute-elle.Elle précise, toutefois, qu'un nouveau Fisheries and Marine Resources Bill est en préparation. «Il serait bien que cette loi prenne en considération la protection des tortues de mer, avec des provisions précises en ce qui concerne les activités touristiques.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.