Sénégal: Agriculture bio - Un projet veut valoriser les connaissances endogènes

Thiès — Le projet Pôles de connaissances scientifiques et endogènes en Afrique de l'Ouest (KCOA) entend capitaliser les connaissances locales en agriculture écologique et biologique collectées auprès des producteurs, pour ensuite les diffuser à travers la sous-région.

La Fédération nationale pour l'agriculture biologique (FENAB), l'AGRECOL Afrique et Enda PRONAT sont les partenaires de mise en œuvre de ce projet appuyé par la coopération allemande, et qui a été lancé lors d'une rencontre de deux jours qui a pris fin dimanche à Thiès.

C'était en présence de représentants de 80 organisations de producteurs, de chercheurs, venus de la Gambie, du Bénin, du Nigeria et du Sénégal, ainsi que de la GIZ.

Dans le cadre de ce projet de promotion de l'agriculture biologique, des pôles de connaissances sont créés conjointement avec des acteurs de l'Afrique de l'Ouest, de l'Afrique de l'Est et de l'Afrique australe.

L'installation d'un quatrième pôle en Afrique du Nord est en discussion.

D'une durée de 5 ans, le projet qui a démarré en 2019, suivra une démarche de recherche-action.

Des experts du projet ont déjà visité tous les pays concernés, sauf le Nigeria qui le sera prochainement, selon Karfa Diallo, chargé de projet à Enda Pronat.

"Il y a énormément de savoirs auprès des producteurs, des pastoraux, des pêcheurs le monde agricole dans son grand ensemble, qui ont toujours existé et ont permis aux Africains de produire en quantité et en qualité", a-t-il dit.

Il n'a pas manqué de regretter l"'erreur" qui a conduit aux problèmes que connaît l'agriculture africaine, et consistant à "penser que toutes ces connaissances n'ont plus de valeur ".

Le projet KCOA s'évertuera à "diffuser les connaissances que certains producteurs concentrent entre leurs mains et qui peuvent servir à d'autres producteurs partout en Afrique".

Les chercheurs échangeront avec les producteurs qui détiennent des connaissances, pour les capitaliser, les mettre en forme après une validation scientifique.

Un dispositif technique et pragmatique sera mis en place, avec des experts pour contourner la barrière linguistique et en faire profiter au plus grand nombre de producteurs. Le projet prendra aussi en compte le changement de comportement pour faire face aux changements climatiques.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.