Cameroun: Yaoundé - Sept morts dans trois accidents

A Nlongkak quatre personnes tuées par un camion. A Ekounou, une jeune fille écrasée par un gros porteur, et au Boulevard du 20 mai, deux hommes renversés par un chauffard.

Le week-end dernier a été sanglant circulation dans la ville de Yaoundé. Sept morts, c'est le bilan de trois accidents de la survenus entre le 23 et le 25 janvier à Ekounou, Nlongkak et au Boulevard du 20 mai. Le premier accident est survenu le 23 janvier aux environs de 16h au quartier Ekounou. Un camion transportant des produits brassicoles a ôté la vie à une jeune fille de 18 ans, non identifiée. Selon les témoignages recueillis sur le lieu de l'accident, le drame est survenu à la montée du Stade Abega. « Le camion a perdu ses freins et a commencé à faire marche arrière. Constatant qu'il y avait une file de voitures derrière lui, le conducteur a manœuvré pour finir sa course sur le côté de la route. Voyant le danger venir, une passagère du taxi en voulant fuir est plutôt allée s'abriter à l'endroit où le camion a fini sa course. Elle est morte sur le coup », raconte Mathieu N.

Plus tard, aux environs de 3h le 24 janvier, un camion a percuté une Toyota Yaris au lieudit «Feux Vallée Nlongkak». La Toyota Yaris avait à son bord, un jeune magistrat, Dingha Alain, 35 ans, sa compagne Pélagie Nhabula Tandjon, 26 ans, enceinte, l'enfant du couple âgé d'environ trois ans. Il y avait également Emmanuel Tandjon, 48 ans, beau-père du magistrat. Le magistrat, sa conjointe et leur enfant sont morts sur le coup. Le beau-père, Emmanuel Tandjon, a été conduit en urgence à l'hôpital Général, où il a rendu l'âme quelques heures après. Les autres corps ont été déposés à la morgue de l'Hôpital central de Yaoundé.

Selon le commissaire Adamou Baba, commandant de groupement voie publique et circulation du Centre, les deux véhicules roulaient à vive allure. Le camion transportant des vivres frais venait du côté de Mballa II, et la Toyota venait de Bastos. « Une fois au carrefour, il est important de marquer un temps d'arrêt. Pour vérifier si aucun véhicule ne vient à gauche ou à droite. Ce qui n'a pas été fait, d'où cette collision », dé- plore le commissaire de police.

Pendant que ce drame défrayait la chronique, samedi 25 janvier à 10h, un autre accident est survenu au Boulevard du 20 mai. Un chauffard a percuté deux piétons et a pris la fuite. Les accidentés Robert Abass, photographe à l'avenue Kennedy et Baouro Abdouraman, commerçant ambulant sont tous morts sur-le-champ. Le commissaire Adamou Baba explique que le véhicule à l'origine de ce carnage était une Toyota Yaris rouge, sans plaque d'immatriculation avec le pare-brise avant fissuré du côté passager. « Nos cameras l'ont aperçu du côté de Melen et Obili. Ce qui est sûr, nous mettrons la main sur lui d'ici peu », a rassuré le commandant de groupement voie publique et circulation du Centre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.