Ile Maurice: Dr Farhad Aumeer - «Nous devons nous préparer comme si la pandémie était déjà là»

interview

Le spectre du coronavirus nous guette. Sommes-nous préparés au pire ?

Il nous faut toute la logistique en termes d'isolement, de quarantaine, de facilités de tests sanguins rapides et de traitements soutenus dans les hôpitaux.

On a eu dans le passé le virus A1HN1 et j'espère que depuis, nous avons pris des mesures correctives surtout pour les médicaments secondaires afin de contrôler cette épidémie.

La thérapeutique dans cette condition est secondaire car cela demande beaucoup en termes de prévention.

Justement pour la prévention, sommes-nous au point ?

Il faut une campagne agressive de prévention. Tous les panneaux d'affichage de l'île devraient en ce moment difficile avoir comme priorité des mesures d'hygiène qui aident à prévenir la transmission du virus.

Tous les étudiants et écoliers doivent être informés par des sessions informatives dans les établissements scolaires ; il faut distribuer des brochures ou pamphlets dans toutes les entreprises publiques ou privées pour conscientiser toute la population à travers l'île.

Il faut avoir une unité permanente de la santé, avec médecins, infirmiers et officiers sanitaires à l'aéroport à chaque arrivée d'avion en provenance de différente pays.

Le département de virologie du laboratoire de Candos doit être «on full alert» et prêts à faire des tests de sang en grand nombre pour détecter le virus afin d'éviter la psychose que peut provoquer l'attente des résultats.

Les hôpitaux sont-ils prêts en cas de propagation de la maladie sur notre territoire?

Tous les hôpitaux devraient avoir une unité spéciale avec un personnel soignant bien préparé et armé de toute protection afin de pouvoir aider et dépister ceux ou celles qui ont été en contact avec ou sont porteurs du virus mais aussi ceux qui présentent des symptômes suspects de la maladie.

Bien que la quarantaine soit basée à l'hôpital de Souillac, il serait souhaitable qu'au moins deux autres centres de quarantaine soient aménagés dans l'ouest et le nord du pays pour pouvoir donner des soins plus rapides aux gens de ces régions et desservir toute l'île.

L'île Maurice moderne avec toutes les infrastructures médicales dont on dispose devrait se préparer, comme si on faisait déjà face à une pandémie. Comme cela, si demain l'OMS la déclare, on ne sera pas pris au dépourvu. Prévenir, c'est déjà guérir et nous avons les moyens de le faire.

J'espère qu'on sera à l'abri des fatalités qui ne cessent de grandir de jour en jour à Wuhan, en Chine.

De notre coté, il va falloir rester aux aguets au port et à l'aéroport par rapport aux passagers qui arrivent de Chine et aux produits importés de Chine. Ceux qui d'une façon ou d'une autre ont été en contact direct ou indirect avec des gens infectés devraient être soumis à des contrôles stricts.

Demain c'est la rentrée parlementaire, êtes-vous prêt pour le baptême de feu ?

Cela va être une expérience unique car c'est la première fois que je suis élu pour le Parti travailliste dans la circonscription no 2 (Port-Louis Sud - Port-Louis Central. Je suis honoré de représenter ses habitants et le pays entier.

Certes, il y a eu le discours programme auquel l'opposition n'a pas assisté mais cela ne diminue en aucun cas mon enthousiasme pour être présent et participer aux débats car nous faisons face à plusieurs défis.

Nous passons par des moments difficiles avec les intempéries, le problème du manganèse dans le pétrole des voitures, la non-admission des moins de 5 credits en Lower VI et le spectre d'une pandémie du coronavirus, parmi tant d'autres.

Notre absence au discours-programme était purement un acte symbolique face à ce qu'on considère comme le non-respect dans l'organisation des élections générales.

L'affaire étant en cour, je préfère attendre le jugement de la Cour suprême. En attendant, je suis sûr que j'ai beaucoup à apprendre des habitués de l'hémicycle, mais je peux vous assurer que je serais là pour faire entendre la voix de ceux qui ont voté pour moi et de ceux de toute ma circonscription.

Je n'ai pas d'appréhensions car je me suis concentré sur cette partie de la cité qui a ses propres défis sociaux en termes du chômage, de communautés qui se sentent isolées et lésées, du problème de la drogue synthétique, des mauvaises conditions de logement dans certains endroits spécifiques, entre autres.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.