Kenya: Convention de Nairobi - Le projet Wiosap présenté à Mahajanga

Préserver l'eau contre la pollution provoquée par les secteurs agricole, industriel, touristique. C'est la raison d'être du projet Wiosap ou Mise en œuvre du programme d'action stratégique pour la protection de l'océan Indien occidental contre la pollution due aux sources et activités terrestres, présenté vendredi, dans la salle de conférence de l'hôtel Les Roches rouges à La Corniche à Mahajanga. Le projet, officiellement lancé dans la capitale du Boeny, concerne neuf pays africains dont la Grande île et s'étalera sur vingt-quatre mois.

La Convention de Nairobi a été adoptée en 1985, ratifiée en 1988, et mise en vigueur en 1996. Elle vise un partenariat entre les gouvernements, la société civile et le secteur privé pour faire de l'océan Indien occidental une région prospère avec des rivières, des côtes et des océans sains.« L'objectif de Wiosap est d'améliorer et de maintenir la santé environnementale des écosystèmes côtiers et marins de la région, grâce à une meilleure gestion des stress terrestres », explique Jacquis Soanaigny, le Point focal de la Convention de Nairobi auprès du ministère de l'Environnement et du développement durable. Des efforts novateurs pour réduire les pressions exercées par la pollution due aux sources et activités terrestres dans l'océan Indien occidental, seront bientôt en cours.

Le Secrétariat de la Convention de Nairobi met actuellement en œuvre plusieurs programmes régionaux qui devraient permettre de relever les défis environnementaux auxquels la région de l'océan Indien occidental est confrontée. L'un de ces programmes du projet Wiosap financé par le Fonds pour l'environnement mondial, vise à réduire les effets de la pollution due aux sources et activités terrestres grâce à la protection des habitats critiques, l'amélioration de la qualité de l'eau et la gestion du débit des cours d'eau.

Concernant Madagascar, le Comité directeur du projet a recommandé de financer le renforcement du cadre réglementaire et des capacités nationales de surveillance des rejets d'effluents, de la qualité de l'eau et des sédiments dans les zones côtières et marines de Madagascar.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.