Cameroun: Un incendie dévaste le siège du Redhac à Douala

C'est un coup dur pour le principal Réseau de défenseur des droits humains d'Afrique centrale (Redhac). Un incendie a ravagé le siège de l'organisation à Douala, dans la nuit de dimanche à lundi. Toutes les archives du réseau qui avaient été rassemblées pour en faire un centre de documentation ont brûlé.

Cela représente deux ans de nos recherches, de nos publications au niveau des pays d'Afrique centrale. Ce n'est pas seulement une perte pour le Cameroun. C'est les travaux de la RDC, c'est le travail du Gabon avec la question des élections et des violations des droits humains. C'est le travail du Tchad, c'est le travail de la Guinée équatoriale avec l'arrestation, la détention arbitraire de tous nos collaborateurs.

Maximilienne Ngo Mbe, directrice exécutive du Réseau de défenseur des droits humains d'Afrique centrale (Redhac)

Les circonstances de cet incendie restent floues. L'avocat du Redhac privilégie cependant la piste criminelle et promet de porter plainte ce mardi.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.