Ile Maurice: Discours-programme - Les débats seront étalés sur 40 heures

Un consensus a été trouvé entre le gouvernement et l'opposition, par rapport au temps alloué aux débats sur le discours-programme. L'exercice démarre ce 3 février à l'assemblée nationale.

Cet accord intervient après la rencontre hier après-midi, lundi 27 janvier au bureau du speaker, à laquelle la Chief Whip, Naveena Ramyad, le whip de l'opposition, Shakeel Mohamed, et des fonctionnaires de l'Assemblée natinale ont assisté. L'initiative revient au whip de l'opposition.

Interrogé, Shakeel Mohamed se dit satisfait de la réunion. Outre le Premier ministre, le leader de l'opposition et les leaders du MMM et du PMSD, chaque député bénéficiera d'une trentaine de minutes pour intervenir au Parlement. «Dans le cas des leaders, l'on sera plus flexible», poursuit le député du PTr. Ainsi en comptant la participation de tous les élus, dont plusieurs prononceront leur «Maiden Speech», environ 40 heures devraient être consacrées aux débats, étalés sur une dizaine de sessions.

Avec les fêtes prévues dans le courant de février, tout laisse croire que les débats pourraient prendre fin vers la fin du mois ou quelques jours avant la célébration de la fête de l'Indépendance. À noter que des séances normales se tiendront les mardis avec des questions parlementaires, des projets de loi mais aussi les débats sur le discours-programme.

«Night sitting» jusqu'à 23 h

Les séances débuteront le lundi 3 février et c'est Tania Diolle, députée corrective de Belle-Rose- Quatre-Bornes (n°18), qui présentera la motion de remerciements. Elle sera suivie par Fabrice David, député du PTr de Grande-Rivière-Nord-Ouest-Port-Louis Ouest (n°1). Reza Uteem sera probablement le premier député du MMM à participer aux débats. Dès le premier jour, on prévoit une «night sitting» qui pourrait s'étendre à 23 heures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.