Congo-Kinshasa: FCC-CACH - « Desserrer l'étau de la discorde »

Les tensions entre le Front commun pour le Congo (FCC) de l'ancien président Joseph Kabila et le Cap pour le changement (CACH) cher au chef de l'Etat Félix Tshisekedi entravent le bon fonctionnement des institutions et, de facto, celui du pays et gênent l'exécution du programme du gouvernement.

Ce constat alarmant est du député AMK Claudel-André Lubaya. Ce dernier appelle urgemment les protagonistes à desserrer l'étau de la discorde au nom de l'intérêt national pour mieux faire face aux attentes du peuple de plus en plus impatient.

Face à l'extrémisme et la tension actuelle née des couacs liés aux propos entre les deux camps politiques membres de la coalition au pouvoir FCC-CACH, le député national Claudel-André Lubaya se range dans le cercle des acteurs conciliants. Comme pour dire, les chamailleries entre FCC et CACH ne doivent pas empêcher l'exécutif de conduire allègrement les affaires de l'État. C'est sur son compte twitter que l'élu de Kananga a passé sa proposition après avoir dressé un constat alarmant : la crise politique que traverse ces dernières semaines la coalition au pouvoir freine l'élan du redressement du pays. Elle entrave le fonctionnement des institutions, de facto, celui du pays et gênent l'exécution du programme du gouvernement.

Dans ce jeu déplorable de passe d'armes entre le camp de Tshisekedi et celui de son prédécesseur Joseph Kabila, Claudel-André Lubaya appelle les uns et les autres à se surpasser. Les deux camps doivent ainsi faire montre de tolérance mutuelle, même si elles n'auront pas toujours la même perception d'angles dans les différentes questions liées à la vie de la nation.

La recette de Claudel-André Lubaya est claire et simple : «C'est l'urgence de desserrer l'étau de la discorde au nom de l'intérêt national pour mieux faire face aux attentes du peuple de plus en plus impatient », exhorte-t-il. Ainsi, la lune de miel entre les deux camps est appelée à durer pour que le mariage Tshisekedi-Kabila ne vire pas au divorce.L'escalade verbale entre les acolytes de deux personnalités faisant suite à la menace du président Félix Tshisekedi de dissoudre le Parlement en cas de crise persistante et à la réplique de la présidente de l'Assemblée nationale qui a brandi « la mise en accusation pour haute trahison » est donc à ranger dans le panier des incidents naturels de parcours. Resserrer l'étau, tel que l'a proposé Lubaya implique également la nécessité d'un dialogue constructif au sein de la coalition pour que les malentendus soient levés.

Il est donc temps pour les uns et autres de mettre chacun de l'eau dans son vin pour que le mariage FCC-CACH tienne et pour que le peuple congolais soit bénéficiaire des actions de gouvernance de cette coalition au pouvoir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.