Congo-Kinshasa: Gratuité - Une clarification s'impose au Groupe Scolaire Mont-Amba

28 Janvier 2020

Toutes les conditions semblent réunies pour un enlisement de la situation à l'école primaire 1 et 2 du Groupe Scolaire du Mont Amba (GSMA). Près de deux mois après que le Recteur de l'Université de Kinshasa a ordonné la gratuité de l'enseignement primaire comme stipulée dans la Constitution et mis en pratique par le Président de la République, Félix Tshisekedi, et la mise sur pied d'un nouveau comité de gestion de cette école après l'arrestation et la révocation de l'ancien DG Nzeza et DGAP Augustin Mpanya, tout semble bloqué. Depuis le mardi 21 janvier, c'est un service minimum qui est observé au sein de cette école.

Le personnel enseignant, qui accuse deux mois d'impaiement des primes, est prêt à déposer la craie. Si le vendredi 24 janvier 2020 la quasi-totalité des enseignants n'étaient pas présents dans les salles des classes à 7H30, hier lundi, la situation était comparable à une foire. Les élèves, dans les salles des classes, attendaient les enseignants qui étaient en pourparlers avec la délégation syndicale.

Selon les informations recueillies sur place, depuis que le Recteur a ordonné la mise en pratique des décisions gouvernementales en ce qui concerne la gratuité, l'école n'a pas reçu en contre parti la subvention de l'Etat. Et, les parents d'élèves des classes du cycle primaire, des humanités et de l'école maternelle ne s'acquittent pas de leurs obligations en ce qui concerne le paiement des frais scolaires de leurs enfants. Ce qui a entrainé automatiquement l'asphyxie de l'école. Comme pour démontrer qu'elle est à bout de souffre, alors que les enseignants attendaient le paiement de leurs primes, c'est plutôt une somme de 10 dollars américains qui a été remise au personnel la semaine dernière comme frais de transport. Cet acte posé par l'actuel comité de gestion est considéré comme un mauvais traitement par ce personnel.

Certains parents trouvés dans les environs de l'école ont estimé que le nouveau comité de gestion, ne joue pas franc jeu. L'ancien comité de gestion a été limogé pour non application des mesures visant la gratuité de l'enseignement primaire. Pour démontrer que le comité précédant était dans l'erreur et que l'école faisait partie de celles qui bénéficient des mesures de gratuité, le nouveau comité, que dirige le Directeur Nzala Mbongo a, au moment où les élèves partaient pour les vacances de Noël, lancé un communiqué aux parents d'élèves les invitant à venir payer les frais scolaires du deuxième trimestre pour les classes concernées par le paiement. Quant aux élèves qui sont au cycle primaire, l'école avait pris l'engagement de convoquer les parents après les vacances pour la restitution des frais perçus.

Depuis la rentrée, c'est silence radio de la part du comité de gestion de l'école. Alors que certains parents qui ont des enfants au primaire et au secondaire attendent que l'école restitue les frais de leurs enfants payés pour le cycle primaire afin d'apurer ceux du secondaire et de la maternelle. Comment demander à un parent qui attend la restitution des frais scolaires pour un ou plusieurs enfants au niveau primaire de verser encore des frais pour l'enfant du secondaire.

Une autre précision de taille est qu'actuellement l'Etat congolais n'a pas d'arriérés de salaires vis-à-vis des enseignants mécanisés de cette école. Le grand problème qui se pose ici concernent ceux qui sont non mécanisés et par conséquent non reconnus par l'Etat. Même si les frais de fonctionnement sont liérés en faveur de l'école, leur situation va rester en l'état. Il revient donc en premier lieu au Recteur de l'Université de Kinshasa de prendre une décision les reconnaissant comme agents de l'université, avec des numéros matricule. Car, c'est depuis 2009 qu'on n'a plus mécanisé le personnel. Entre-temps, l'école a continué à engager de nouvelles unités à chaque fois qu'un nouveau de gestion était mis en place.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.