Tunisie: Activités économiques et aspect écologique à Gabès - Protéger le golfe contre la pollution

28 Janvier 2020

Il est devenu urgent de mettre en place un plan conciliant les activités économiques et l'aspect écologique pour permettre aux habitants de bénéficier d'un cadre sain où il fait bon vivre. D'autant plus que la ville de Gabès représente aussi un site touristique visité par les touristes tunisiens et étrangers.

La société civile à Gabès a décidé, depuis quelque temps, de réagir face à la pollution galopante provenant notamment du Groupe chimique tunisien (GCT). En effet, le collectif de protection du Golfe de Gabès a contacté les parties prenantes y compris les autorités publiques pour les informer des effets néfastes de la pollution de l'air et du milieu réceptif marin suite au rejet des déchets provenant du traitement des produits chimiques.Le Groupe a, certes, promis de prendre les mesures nécessaires en vue de limiter cette pollution, mais la situation perdure depuis des années. Le GCT constitue un acquis économique pour la Tunisie dans la mesure où il est pourvoyeur de devises grâce à la vente des produits chimiques.Mais depuis sa création, l'aspect écologique a été négligé, ce qui a eu des répercussions négatives sur le cadre de vie des citoyens et sur leur santé. D'où la nécessité d'agir rapidement en vue de trouver des solutions radicales à ce problème qui perdure. Le Collectif en question ne compte pas, d'ailleurs, baisser les bras mais continuer toutes les formes de militantisme afin que cesse cette pollution qui a fait beaucoup de dégâts au niveau écologique, économique et social.

Ressources halieutiques menacées

Selon les habitants, les déchets liquides sont déversés en pleine nature, ce qui a contribué, dans une large mesure, à la pollution du Golfe de Gabès. C'est une vraie menace pour les ressources halieutiques qui constituent un gagne-pain pour plusieurs familles. Une telle pollution risque, en effet, si ce n'est déjà fait, de désertifier le Golfe de Gabès suite à la mort des poissons.Les embarcations de pêche hésitent à aller au large pour pêcher vu que les quantités de poissons ont diminué sensiblement.

Il est devenu urgent de mettre en place un plan conciliant les activités économiques et l'aspect écologique pour permettre aux habitants de bénéficier d'un cadre sain où il fait bon vivre. D'autant plus que la ville de Gabès représente aussi un site touristique visité par les touristes tunisiens et étrangers. Il n'est pas normal que la situation précaire perdure depuis des années.Des investissements colossaux devraient être consentis en vue d'assainir la situation des unités de production quitte à utiliser des procédés plus propres et des technologies de pointe adaptées à une situation environnementale difficile qui s'est aggravée au cours des dernières années. Le droit à une vie décente et à un environnement sain constituent des droits constitutionnels qu'il faut respecter par toutes les parties prenantes.

Une économie diversifiée

Outre l'industrie et le tourisme, la région de Gabès se caractérisé aussi par ses périmètres agricoles. C'est dire que le tissu économique est bien diversifié mais il est nécessaire que chaque secteur aménage l'aspect environnemental dans le cadre d'un développement durable. La pollution de l'air peut être supprimée grâce à des filtres qui sont installés dans toutes les unités de production polluantes. Il est urgent également de mettre fin à la pollution solide en s'attaquant à la source pour préserver le Golfe de Gabès qui est une source intarissable de la diversité biologique.

A noter que dans le cadre de la coopération de la Tunisie avec l'Agence japonaise de coopération internationale (Jica) un projet intéressant de gestion des pêcheries dans le Golfe de Gabès a été mis en œuvre malgré les problèmes auxquels font face plusieurs pêcheurs qui ne trouvent plus leur compte dans cette partie de la région. La pêche et le travail de la terre constituent des sources de revenu pour plusieurs familles et il faut les protéger contre toute forme de pollution atmosphérique ou solide.

Il s'agit aussi de protéger le cadre de vie des citoyens dont certains ont manifesté leur ras-le-bol de cette pollution qui dure depuis des années sans que des mesures soient prises pour atténuer ses effets. Le souci des pouvoirs publics était, lors de la création de ces unités de production, d'améliorer la rentabilité économique et faire travailler ces jeunes diplômés sans donner, cependant, l'intérêt nécessaire à l'aspect écologique qui constitue, de nos jours, le point noir du développement de la région.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.