Sénégal: La commission de la carte nationale de presse mise au défi

28 Janvier 2020

La cérémonie officielle d'installation des membres de la Commission de la carte nationale de presse a eu lieu hier, lundi 27 janvier, à la Maison de la Presse. Composée de huit membres titulaires et leurs suppléants, cet organe se chargera de délivrer la carte nationale de presse aux journalistes et techniciens des médias, conformément aux dispositions du Code de la presse adopté en 2017.

Dans le cadre de l'assainissement du secteur de la presse, le ministre de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, a installé hier, lundi 27 janvier, les membres de la Commission de la carte nationale de presse et de validation des acquis de l'expérience.

Cette commission va établir la Carte nationale de presse pour les journalistes et les techniciens des médias sur les bases du Code de la presse, adopté en 2017.

«La prochaine étape sera de nous regrouper pour valider le règlement intérieur qui nous permettra de travailler, de suivre la procédure qui sera édictée et tout simplement faire le travail qui nous est demandé par le Code de la presse», a fait savoir le président de la Commission de la carte nationale de presse, Daouda Mine.

Mieux, dit-il, «il faut comprendre que notre travail est encadré par le Code de la presse dont les dispositions sont claires.

Et ce sont ces dispositions qui nous disent ce qui est attendu de nous, ce que nous devons faire et ce que nous ne devons pas faire». En effet, désormais «seuls les détenteurs de la Carte nationale de presse, vont se prévaloir de la qualité de journaliste et de technicien des médias».

«Aujourd'hui, les nouvelles dispositions du Code de la presse sont claires : il faut sortir d'une école de formation, si ce n'est pas le cas, il faut avoir la licence et avoir la pratique de journalisme pendant deux ans dans la collecte, le traitement et la diffusion d'informations pour venir au niveau de la Commission de validation.

Et si vous ne remplissez pas ces deux critères-là, il faut alors avoir une expérience de 10 ans et venir au niveau de cette Commission de validation», a fait savoir Daouda Mine.

La Carte nationale de presse devra permettre de réguler le secteur des médias. Pour cause, a dit le ministre de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, il y a un «grand flou» dans le secteur.

«L'identité de l'organe de presse est devenue confuse, avec la multiplication des supports, particulièrement dans un contexte marqué par l'avènement du numérique. On ne sait plus qui est journaliste ou technicien des médias et qui ne l'est pas.

N'importe qui pouvait se prévaloir de ces qualités et écrire dans les journaux ou tenir le micro dans les éditions d'information. Les contenus médiatiques continuent d'en souffrir», a expliqué Abdoulaye Diop.

Et de rassurer que l'Etat du Sénégal mettra à disposition tous les moyens et toute la logistique nécessaires pour le bon fonctionnement de la Commission et l'atteinte des objectifs.

La Commission de la carte nationale de presse et de validation des acquis de l'expérience est composée de huit membres titulaires et leurs suppléants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Presse et Média

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.