Maroc: Le CAD sonde les nouvelles opportunités d'investissement en Mauritanie

La 20ème mission du Club Afrique Développement du Groupe Attijariwafa bank consacrée aux mines et industries extractives

Plus de 200 chefs d'entreprise et institutionnels, dont des délégations en provenance d'Egypte, du Mali, du Maroc, du Sénégal et de la Tunisie, ont pris part à une mission multisectorielle qui s'est déroulée les 22 et 23 janvier à Nouakchott en Mauritanie.

Les nouvelles opportunités d'investissement offertes par le secteur des mines et industries extractives aux entreprises en Mauritanie ont été au cœur de cette mission multisectorielle organisée par le Club Afrique Développement (CAD) du Groupe Attijariwafa bank et Attijari bank Mauritanie.

Placée sous le signe «Mines et industries extractives : nouvelles opportunités d'investissement», cette mission est la 20ème du genre organisée par le groupe bancaire marocain sur le continent depuis la création du CAD en 2016.

Une rencontre « organisée à un moment crucial dans le développement du pays, qui présente actuellement des perspectives très prometteuses», a souligné le directeur général d'Attijari bank Mauritanie, Mohamed Boubrik, alors qu'il rappelait l'engagement structurel d'Attijari bank Mauritanie dans le développement des différents secteurs d'activités en Mauritanie.

Il est à souligner qu'il s'agit, par ailleurs, du premier grand rendez-vous de l'année 2020, après les récentes missions organisées par le CAD du Groupe Attijariwafa bank au Cameroun et en Côte d'Ivoire respectivement en octobre et en juillet derniers.

Cette importante mission a connu la participation du président de l'Union nationale du patronat mauritanien, Mohamed Zein El Abidine Ould Cheikh Ahmed et du président de la Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture de Mauritanie, Ahmed Baba Eleya.

Elle a été ponctuée par des rendez-vous d'affaires particulièrement demandés qui « ont permis aux participants de générer des opportunités notamment dans les BTP, les énergies, les télécoms, les emballages et l'agro-industrie », ont relevé les organisateurs dans un communiqué rendu public récemment.

Soulignons également de même source qu'un panel dédié au développement d'un écosystème performant des industries extractives a été animé par le directeur général de la promotion des investissements et du développement industriel, Mohamed Habiboullah Mohamed Ahmed; le secrétaire général de la Chambre des mines et du pétrole, Dr. Mohamed Die; le Mining Manager d'Erevna, Aboubacar Soumare et Mohamed El Mamoune Ould Dide, consultant international oil & gaz.

Tout en dressant le bilan de la dynamique «Afrique Développement » sur ces dix dernières années, la directrice du Club Afrique Développement du Groupe Attijariwafa bank, Mouna Kadiri, a fait remarquer que «l'appétit des entreprises africaines pour s'engager dans le continent, en dépit d'obstacles, parfois immenses, n'est plus à démontrer ». Avant de s'interroger sur ce que seraient les possibilités d'investissement sans ces obstacles .

Selon elle, « à la veille de l'entrée en vigueur de la ZLECA (Zone de libre-échange continentale africaine) prévue pour juillet, la réalité pourrait rapidement nous le dire ».

Le Club Afrique Développement, créé par le Groupe Attijariwafa bank, se donne comme ambition de fédérer la communauté des affaires, les dirigeants, les représentants publics afin de dynamiser de manière pragmatique les investissements à l'échelle du continent.

Ainsi, il est un espace de mise en relation et d'échange dédié aux opérateurs économiques désireux de prospérer dans le continent, par le développement de courants d'affaires ou/et des investissements dans cette région du monde. C'est aussi une plateforme donnant accès à des informations, formations, services et expertises à dessein de favoriser la concrétisation des projets d'entrepreneurs, des grands projets structurants des Etats, ainsi que la coopération Sud-Sud et Nord-Sud.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.