Congo-Kinshasa: Michelle Bachelet plaide pour la fin des violations des droits de l'Homme en RDC.

communiqué de presse

Kinshasa 28 janvier 2020 - la Haut-commissaire de l'ONU aux Droit de l'homme Michelle Bachelet a lancé un appel pour la fin des violations des droits de l'Homme après sa visite de 5 jours en RDC, du 23 au 27 janvier 2020.

Cet appel fait suite à plusieurs rencontres qu'elle a eues avec des organisations de la société civile et les nouvelles autorités de la République tant à Bunia qu'à Kinshasa, notamment le Chef de l'Etat, Felix Tshisekedi, Jeanine Mabunda, présidente de l'Assemblée Nationale et le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilukamba.

De toutes ces rencontres, il a été passé en revue plusieurs défis auxquels fait face la RDC en matière de Droits de l'Homme et de la manière dont les Nations-Unies peuvent apporter leur soutien au pays pour résoudre non seulement les questions de sécurité, de l'administration de la justice, mais également des questions liées au genre, notamment les violences sexuelles.

« Nous saluons les progrès réalisés dans le domaine des Droits fondamentaux », a déclaré Michelle Bachelet dans une interview exclusive qu'elle a accordée à Radio Okapi pour boucler sa mission en RDC.

Par ailleurs, Mme Bachelet a déclaré : « il y a réduction en RDC des violations des atteintes aux droits de l'homme de l'ordre de 3% . Mais, ma plus grande préoccupation est que les acteurs étatiques sont pour 54% responsables de ces violations ».

Dans son interview, Michelle Bachelet a motivé ses analyses en se référant aux cas précis des Forces armées de la RDC qui sont pour 28% responsables de ces violations et atteintes aux droits de l'homme. « Ce sont des cas qui ont été vérifiés par notre personnel », a renchérit Mme Bachelet.

C'est dans ce contexte que la Haut-commissaire de l'ONU aux Droits de l'homme a lancé un appel à l'Etat Congolais pour que « ces violations cessent et qu'il y ait des mesures qui peuvent aider à endiguer les exactions commises par les FARDC en particulier ».

La Haut-commissaire de l'ONU aux Droit de l'homme n'a pas non plus épargné les groupes armés dans les violations des Droits de l'Homme. « Je voudrais aussi parler du fait qu'il y a eu augmentation des violations et d'atteintes aux droits de l'homme de l'ordre de 40% qui ont été perpétrés par les groupes armés », a-t-elle affirmé.

Il faut noter qu'à l'issue de son échange avec la présidente de l'Assemblée nationale, Michelle Bachelet a insisté sur l'évaluation de la situation sécuritaire en Ituri. Selon elle, « des enquêtes doivent être menées sur les "crimes graves" qui ont été commis dans le territoire de Djugu » en Ituri.

La visite de la Haut-commissaire de l'ONU aux Droits de l'homme a été très bénéfique pour la Commission Nationale de Droits de l'Homme (CNDH). Au cours d'une cérémonie, qui s'est déroulée au palais du peuple, la CNDH a reçu de la main de Michelle Bachelet un lot constitué de fournitures de bureau, des engins roulant (motos) et des groupes électrogènes pour son bon fonctionnement.

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.